Télécharger
l’édition n°901
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'impro, grande vedette d'Animai

Vevey En point d'orgue de cette 36e édition, qui aura lieu du 18 au 31 mai, une journée anniversaire consacrée aux 25 ans des spectacles d'impro faisant la renommée du festival. Au programme aussi, de nombreux ateliers dédiés aux arts du spectacle et de la rue. Dont des initiations au théâtre d'improvisation par l'humoriste Benjamin Cuche. Entre 3'000 et 5'000 enfants, parents, adolescents et jeunes adultes sont attendus au Jardin du Rivage.

«Vevey est une ville qui vit beaucoup dehors. C'est très sain, les gens se retrouvent à Animai et le tissu social se renforce», analyse l'humoriste Benjamin Cuche, qui sera très présent lors de cette édition.DR

Amit Juillard

«C'est parce que je ne sais pas dire non, moi». L'humoriste neuchâtelois Benjamin Cuche plaisante au moment d'expliquer sa décision de collaborer avec le Festival Animai. «A LaFabrik Cucheturelle (réd: centre culturel créé en 2017 à Vevey), nous sommes tout neufs, tout frais, se reprend-il. Participer nous donne une visibilité, nous pouvons expliquer ce que nous faisons et nous avions l'envie de donner des cours. Dans nos activités, nous nous adressons aussi aux jeunes.» Pour sa 36e édition, le festival gratuit Animai permettra aux enfants, aux adolescents, aux jeunes adultes et à leurs familles de découvrir les arts du spectacle. Au Jardin du Rivage lors du week-end de la Pentecôte, le «Village Animai» accueillera sous ses tentes des ateliers et des spectacles touchant aux contes, à la magie et au cinéma. Spécialité de Benjamin Cuche, le théâtre d'improvisation aura également sa place, avec un cours d'initiation en plein air.

Par les jeunes pour les jeunes

L'impro, c'est un peu la marque de fabrique d'Animai et cette édition marquera le 25e anniversaire des spectacles d'Improriviera. Avec une date à retenir. Le 20 mai, Improvita, un spectacle itinérant dans les salles Del Castillo retraçant toute l'histoire de ces 25 éditions, suivi le soir d'Impro d'argent, spectacle de gala avec une belle brochette des comédiens qui ont représenté la Suisse au cours de ces 25 années. Dont Benjamin Cuche justement, mais aussi Philippe Cohen, Claude Mordasini, Margarita Sanchez et bien d'autres. D'autres arts prennent de l'ampleur cette année: ceux de la rue. «Cela correspond à l'évolution des besoins des jeunes, explique Manon Fawer, cheffe de service de la jeunesse, de l'éducation, de la famille et des sports. Ils ont envie de s'exprimer dans la rue. La ville s'ouvre et devient un lieu d'expérience. Il y a un déplacement entre les codes des associations sportives et le besoin de consommer des activités ouvertes à tous et gratuites.» Au programme, slackline, monocycle, skatepark, battle de streetdance et hip-hop. A la baguette pour ce volet de la fête, un comité de jeunes âgés de 16 à 25 ans encadré par le Service jeunesse de Vevey. «C'est un phénomène émergeant depuis plusieurs années à Vevey, les jeunes ont envie de s'impliquer dans les associations, remarque Manon Fawer. Ils participent, par ce biais également, à Animai et à d'autres événements. Et ils prennent de l'ampleur dans ce qu'ils proposent.»

Coupes budgétaires digérées

Evénement populaire, Animai réunit chaque année entre 3'000 et 5'000 personnes. «La gratuité est importante, appuie Benjamin Cuche. Animai permet de donner envie aux jeunes de se lancer.» Et le Veveysan d'adoption d'ajouter: «Vevey est une ville qui vit beaucoup dehors. C'est très sain, les gens se retrouvent là et le tissu social se renforce. Ce serait dommage qu'Animai disparaisse.» Lors du vote sur le budget 2018, le Conseil communal avait validé la décision municipale de réduire les charges salariales annuelles du personnel auxiliaire de 10'000 frs. Une diminution compensée à l'interne, selon la Ville. Le festival dispose de 45'000 frs pour les animations et de 110'000 frs annuels pour les ressources humaines. «Vevey est très généreuse et a une politique volontariste pour les jeunes. Peu d'autres communes de la région organisent de tels événements, souligne Manon Fawer. C'est important parce que les privés s'essoufflent s'ils ne trouvent plus de sponsors.»

Date:17.05.2018
Parution: 901

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio