Télécharger
l’édition n°901
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pas facile de dire adieu au télésiège

Château-d'Oex L'installation reliant Gérignoz à la Tête des Mourriaux, dans le secteur de la Braye, sera démantelée. Mais le sujet reste émotionnellement chargé.

Pas facile de dire adieu au télésiège

Textes et photo: Valérie Passello

«Une décision à prendre, à contrecœur», «Cela ne fait pas plaisir, mais il faut aller de l'avant». Ces propos, tenus au Conseil communal de Château-d'Oex le 3 mai, témoignent de la difficulté des élus à lâcher le ski tel qu'ils l'ont connu dans leur station. Alors que le nouveau conseil d'administration de TCO SA (Télé-Château-d'Oex) s'est battu pour trouver des parrainages privés permettant l'ouverture de la Braye durant l'hiver, c'est une installation de ce secteur qui est appelée à disparaître. Le démantèlement du télésiège Gérignoz-Tête des Mourriaux est à l'ordre du jour. Si la Municipalité met l'accent sur l'urgence des travaux, les membres de la commission chargée d'étudier l'objet ne sont pas d'accord. Le rapporteur Philippe Rosat considère: «Nous n'avons rien obtenu dans le cadre d'Alpes Vaudoises 2020 et là, nous devons encore payer pour démonter! Les dernières intempéries entraînent des frais importants pour la commune. Montrons au canton que nous n'avons pas les moyens, qu'il n'est pas essentiel de démanteler ce télésiège aujourd'hui.»

Réponse du syndic Charles-André Ramseier: «Cela fait six ans qu'il ne fonctionne plus à cause du manque de neige. Normalement, l'Office fédéral des transports (OFT) exige l'élimination d'une installation après trois ans d'inactivité. De plus, le canton nous subventionne à hauteur de 50%, alors qu'il n'y est pas obligé.» Sur un total de 149'000 frs, la part de la commune ne devrait en effet s'élever, au final, qu'à 74'500 frs.

L'avenir est un peu flou

Comme le sort de la Braye est encore incertain, Céline Baux, au nom de l'UDC, propose une alternative: «Une fois que le futur des remontées mécaniques sera connu, nous pourrions élaborer un projet de démantèlement global et demander une plus grande participation au canton.» Le conseiller Alain Rossier s'oppose: «Attendre, c'est aller dans le mauvais sens. Il y aura toujours plus d'exigences, de normes, donc plus de coûts à l'avenir. Enlever cette partie de la Braye ne signifie pas signer l'arrêt de mort du reste du domaine», estime-t-il.

Par ailleurs, les autorités cantonales pourraient «bientôt revenir à la charge», ajoute Charles-André Ramseier, pour exiger le démontage des installations des Monts chevreuils cette fois, même si des projets touristiques sont en cours dans cette autre zone.

La disparition du télésiège Gérignoz-Tête des Mourriaux aura fait débat, mais le législatif finit tout de même par valider l'objet. Chichement toutefois, par 24 oui, 19 non et 5 abstentions.

Appel à la transparence

En fin de séance, Pierre François Mottier dépose une interpellation demandant que les conseillers communaux de Château-d'Oex, Rossinière et Rougemont puissent prendre connaissance d'un rapport établi par les Municipalités des trois communes du Pays-d'Enhaut, au sujet de l'avenir des infrastructures touristiques. «Nous sommes les rois des non-dits, lâche-t-il, or, je trouverais intéressant de connaître la vision des exécutifs. Lorsque la Municipalité a décidé de ne plus soutenir financièrement TCO SA, c'était une décision économique, mais aussi un choix politique.» S'il ne tient pas à critiquer les partis pris des autorités, Pierre François Mottier aimerait en comprendre la stratégie. Le Pays-d'Enhaut a déjà transmis son rapport au Conseil d'Etat. L'interpellant souhaite que l'information soit clairement exprimée et relayée, également auprès de la population. Prenant acte, le syndic estime lui aussi qu'une présentation aux élus «est une priorité.»

Date:17.05.2018
Parution: 901

Station de départ conservée

Les 30 à 40 m2 de terrain libérés de leurs dix pylônes, sur les plus de 900 mètres que parcourait l'installation, seront remblayés et rendus à la nature. Mais la Municipalité souhaite conserver la station de départ du télésiège (photo: remontees-mecaniques.net), afin de lui trouver un autre usage, probablement touristique. Situé dans un lieu de passage et notamment sur des itinéraires de balades, le bâtiment devrait donc échapper à la démolition. Sur ce point, le municipal de l'aménagement du territoire Christian Daenzer précise: «Nous en avons discuté avec l'OFT, qui est d'accord pour que l'on garde la station de départ. Mais il est strict sur les délais, nous devons démonter le reste dans les trois mois.»

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio