Télécharger
l’édition n°901
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Même à Lausanne la pentue, le vélo fait sa place

Mobilité Les autorités mènent une politique verte en incitant les habitants à délaisser la voiture et à profiter des transports publics ou des véhicules de partage. Dans cette optique, la campagne Mobile en ville encourage les trajets à pied ou à deux-roues. Une manière de mettre en valeur les aménagements spécialement conçus pour les bicyclettes.

Les petits moteurs permettent de gommer les inclinaisons et d'ouvrir le champ à un public plus large.

Valérie Blom

Lausanne à vélo? Pas le moindre problème. Malgré la pente et le trafic, tout est imaginé pour faciliter le trajet à bicyclette. A l'exemple d'autres villes suisses, des contre-sens cyclables sont aménagés, permettant aux cyclistes de circuler dans la direction inverse d'une voie à sens unique. Ou encore des espaces réservés aux deux-roues, devant les présélections des feux. «Ces agencements requièrent un temps d'adaptation des automobilistes, mais étant donné que d'autres cités suisses ont déjà opté pour ce système, les gens ne sont pas perdus en arrivant à Lausanne», explique Florence Germond, municipale en charge de la mobilité.

Lausanne en retard...

Pour mettre ces atouts en valeur, les autorités ont opté pour une campagne drôle et positive sur les possibilités de se déplacer à pied, à vélo ou en chaise roulante au sein de la cité olympique, intitulée Mobile en ville. «Nous avons fait un focus sur la mobilité douce et pas sur les transports publics, que nous estimons complémentaires. D'ailleurs, les personnages de nos vidéos vont en direction du métro ou de la gare», précise l'édile. Si l'Exécutif a décidé de mettre en avant ces manières de se déplacer, c'est que les chiffres lausannois sont très en deçà d'autres moyennes romandes ou suisses-allemandes. «Nous avons un sacré retard, en termes de transports publics également. C'est pourquoi l'idée est d'attaquer le problème via deux angles; en améliorant la qualité des infrastructures et avec un travail sur les mentalités. Même si un Lausannois sur deux n'a pas de voiture (46%), nous montrons sur ces vidéos que la ville est faite pour toutes et tous, avec les histoires d'une senior, d'une cycliste et d'une personne en chaise roulante.»

La pente n'est pas un problème

La ville en pente ne représente pas un frein à la mobilité douce. «Aujourd'hui, avec le vélo électrique, même Lausanne peut devenir une ville cyclable», souligne la municipale. Les petits moteurs permettent de gommer les inclinaisons et d'ouvrir le champ à un public plus large. «Il n'y a qu'à observer dans les pays nordiques où les gens de 7 à 77 ans utilisent la bicyclette.»

Date:17.05.2018
Parution: 901

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio