Télécharger
l’édition n°901
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Deux sportifs régionaux au départ du terrible Swissman

TRIATHLON Le 23 juin, Catherine Egandi, d'Oron, et Michael Gaille, de Lausanne, prendront part à l'une des compétitions les plus redoutables du pays: la «Swissman». Avec les distances d'un Ironman standard - 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42 km de course - mais un important dénivelé entre le vélo et la course à pied, cet Xtreme Triathlon se veut attractif et effrayant. Un défi qui ne semble pas inquiéter les deux athlètes. Rencontre.

«Je ne suis pas une sportive qui privilégie la vitesse, mais je suis très endurante et psychiquement très forte », explique Catherine Egandi. LDD

Jonathan Corbillion

Ascona, Locarno, Magadino, l'hospice du Saint-Gothard ou encore la Furka, autant de lieux emblématiques que Catherine Egandi, informaticienne le jour et mère de 2 enfants le soir, et Michael Gaille, l'anesthésiste et sportif depuis le berceau, devront rallier pour venir à bout de cette aventure unique en son genre. 226 kilomètres dans l'eau, à vélo et à pied, en dépassant 5'500 mètres verticaux; un défi qui demandera du physique, du mental et une préparation optimale. A quelques jours du grand départ en terres tessinoises, Le Régional a rencontré ces deux sportifs.

Le « Swissman» est une véritable vitrine internationale, que représente-t-il pour vous ?

Michael Gaille: «Cette course est en effet très importante au niveau international, car elle fait partie d'une série de triathlons extrêmes comme le Celtman en Ecosse ou le Northman en Norvège. C'est une course un peu particulière, car elle n'a pas de chrono. Le premier homme arrivé est le vainqueur, de même que la première femme. Il n'y a donc pas d'autre classement. Pour moi, c'est plus un challenge personnel que l'on fait par amour du sport et que l'on partage avec d'autres passionnés. Une fois qu'on l'a fait, on fait partie de la famille du Swissman!»

Catherine Egandi, comment vous êtes-vous dirigée vers ce type d'épreuve?

> «Cela fait 25 ans que je pratique le triathlon, mais je l'ai toujours fait pour moi. Je n'ai jamais vraiment été en compétition avec d'autres personnes et les résultats m'importent peu. A la base, je viens du monde de la natation. A l'époque, j'étais à la recherche d'un club avec lequel je pouvais m'entrainer dans l'eau, mais j'étais trop vieille (rires). J'ai alors fait mes débuts dans le Tri Team Limmattal à Zürich, sans aucune connaissance de vélo et de course à pied. De fil en aiguille, je me suis aperçue que je n'aimais pas courir avec la foule et cette version seule dans la nature m'a tout de suite ravie!»

Comment prépare-t-on une telle épreuve, combinant dénivelé et effort extrême?

Catherine Egandi: «En réalité, j'ai une façon de me préparer qui n'est pas recommandée à tout le monde. C'est du n'importe quoi, n'importe quand! Je ne suis pas une sportive qui privilégie la vitesse, mais je suis très endurante et psychiquement très forte. Je pense que c'est surtout cela qui me fait réaliser de telles courses.»

Michael Gaille: «Pour ma part, je mentirais si je disais que je ne m'y consacre pas à fond! Cela fait deux ans que j'y pense et que j'y travaille, notamment avec ma participation à des Ironman. Le physique est important, c'est sûr, avec un entrainement qui a commencé en janvier entre 10 et 15 heures par semaine. Mais c'est un cumul de la préparation de ces trois dernières années qui me sert le plus. Le mental joue un rôle clé dans ce genre de course, tout comme la nutrition. Il faut savoir gérer tous les imprévus de la course.»

Date:17.05.2018
Parution: 901

Portraits croisés

Catherine Egandi (05.08.1970)

• Habite à Chesalles-sur-Oron

• Originaire de Zurich

• Mariée, 2 enfants

• Informaticienne

• Participations: Trans Swiss Triathlon, Gigathlon, Tortour, 100km de Bienne

• Projets: «Pour moi rien, pour ma fille, les championnats suisses espoirs de natation!»

Michael Gaille

(20.04.1985)

• Né à Lausanne

• Gènes sportifs (son père a participé 2 fois aux JO)

• Sportif en tous genres depuis toujours

• Médecin-anesthésiste

• Participations: Marathon d'Amsterdam, Sierre-Zinal, Ultrax de Zermatt, divers Ironman, etc.

• Projets: Ironman 70.3 (moitié d'un Ironman) à Cozumel, Ironman de Zürch et 2 Spartan Race.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio