Télécharger
l’édition n°903
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Feu vert au crématoire

Aigle Un centre funéraire verra le jour dans la zone industrielle à l'horizon 2019. À l'heure actuelle, aucun équipement de ce type n'existe dans le Chablais ou sur la Riviera.

Dans le Chablais, le taux d'incinération dépasse les 70%.DR

Valérie Passello

«Pour une incinération, les gens du Chablais doivent s'adresser à Sion ou Lausanne. Les frais de transport doublent la facture pour les familles endeuillées. De plus, les infrastructures existantes, notamment en Valais, ne sont pas dimensionnées pour recevoir autant de monde. Il faut parfois attendre dix jours avant de recevoir les cendres», argumente Jean-Bernard Croset. Il est l'un des sept membres fondateurs de la coopérative Centre Funéraire Chablais-Riviera, récemment constituée. Lors de sa séance du 24 mai, le Conseil communal aiglon a validé la vente, à hauteur de 624'450 frs, ou la mise à disposition par droit de superficie d'une parcelle de 4'163 m2 en ce sens (voir encadré), dans la zone industrielle.

Et la demande semble bel et bien réelle. Le taux d'incinération enregistré parmi les défunts du Chablais dépasse les 70%. La pratique de la crémation est d'ailleurs de plus en plus répandue en Suisse, où près de 85% des disparus se font incinérer. Pourtant à l'heure actuelle, il n'existe que peu d'installations susceptibles de procéder à l'opération. Vétuste, le crématoire de Vevey a par exemple fermé ses portes il y a 20 ans.

Un «bon d'incinération»

Le budget pour la construction du centre funéraire est de 2,25 mios. Tout un chacun peut acquérir une part sociale de 1'000 frs, explique Jean-Bernard Croset: «Cette somme est le prix que coûte une crémation. Les sociétaires recevront chaque année une participation au bénéfice et la part sociale pourra être transformée en bon d'incinération le moment venu.»

Pour être rentable, le lieu devrait procéder à 600 crémations annuelles: «Dans le Chablais, il y en a eu 1'850 il y a deux ans», relève le porteur du projet. Si aucune opposition ne vient retarder le dossier, le centre funéraire pourrait être opérationnel au début 2019. Une extension est d'ores et déjà prévue, pour proposer aux familles des chapelles ardentes et des espaces permettant d'organiser de petites cérémonies laïques. «L'idée est d'offrir aux gens un lieu calme et apaisant, moins froid que ce qui existe aujourd'hui», conclut Jean-Bernard Croset. Des séances d'information publiques seront mises sur pied à la fin juin.

Date:31.05.2018
Parution: 903

Les vélos passeront après

Si le centre crématoire n'appelle aucune remarque de la part du Conseil communal le 24 mai, les accès, eux, suscitent le débat. Le préavis comprend déjà l'octroi d'un crédit de 830'000 frs pour la réalisation d'infrastructures routières permettant de rallier la parcelle concernée. Membre du groupe AlternativeS-Les Verts, Cédric Allora dépose un amendement demandant d'ajouter un crédit de 50'000 frs pour la création d'une voie de mobilité douce entre la route industrielle les berges du Rhône. Il est appuyé par son collègue de parti Bernard Borel, qui souhaite «la formalisation» d'un tel accès. Réponse du municipal des infrastructures Grégory Devaud: «Il faut faire une chose après l'autre, terminons d'abord la route industrielle.» Le PLR Clément Reber rejoint cet avis et ajoute: «La solution proposée ce soir semble bricolée. Il serait préférable de revenir avec cette proposition dans un postulat.» Le législatif finit par rejeter l'amendement par 40 non, 7 oui et 15 abstentions.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio