Télécharger
l’édition n°904
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

De l'art pour égayer la gare

Pully Offrir à des artistes la possibilité de créer des œuvres picturales éphémères sur des lieux publics, tel est l'objectif du postulat «Pour que Pully s'affiche».

Une enveloppe budgétaire pourrait être allouée pour financer notamment une réalisation artistique sur le mur du quai 2.DR

Nina Brissot

Pour la deuxième fois consécutive, et bien que nous ne soyons pas encore en période de coupe du monde, le Conseil communal a été expédié en moins d'une heure ce 30 mai.

Pully s'affiche

Seul vrai débat, la réponse de la Municipalité au postulat «Pour que Pully s'affiche». Une demande qui vise à «offrir à des artistes la possibilité de créer des œuvres picturales éphémères sur des lieux publics définis par la commune comme les murs de la gare, les passages sous voies, les silos à sel ou autres». Il demande aussi une mise sur pied d'un «concours permettant de sélectionner sur papier les œuvres qui pourront être exposées». Enfin, de sélectionner «des projets mettant en valeur Pully, sa vie, son histoire ou son patrimoine».

Dans un premier temps, la Municipalité s'est dite favorable à une mise en valeur de la gare CFF. Une réalisation artistique sur le mur du quai 2 pourrait rendre les lieux plus accueillants. Une étude de faisabilité détaillée va être entreprise et une enveloppe budgétaire pourrait être prévue pour 2019. Dimitri Simos, l'un des postulants avec Jean-Luc Duvoisin et consorts, a remercié la Municipalité pour sa réponse qui détaille et documente les différentes variantes envisagées. «Si nous avons proposé d'inviter des artistes à participer, précise-t-il, ce n'est pas pour exclure la population mais pour assurer une qualité de réalisation irréprochable. De ce fait, nous nous rangeons à l'idée émise par la Commune d'éventuellement réaliser des œuvres inclusives» (par opposition à de l'éphémère). Pour ce qui est d'un concours, la Municipalité juge l'idée «contraignante et onéreuse». Ce que Dimitri Simos conteste car, dit-il, «il comporte le risque d'avoir un seul artiste pour un ensemble d'œuvres». Il a toutefois relevé que l'association «Art en Boîtes» qui a réalisé une simulation illustrée pour le document de la Municipalité, «dispose d'un réservoir d'artistes confirmés qui se répartissent les projets de revalorisation picturale, ce qui permettrait une certaine diversité artistique». Il a toutefois réitéré le vœu de passer par un concours.

1 million pour les ponts

Voté à l'unanimité, le premier préavis de la soirée demandait un crédit de 900'000 frs pour procéder à la deuxième phase de conservation des ouvrages d'art, au nombre de 50 sur la commune. Des travaux d'entretien, de rénovation, d'inspection, de soutènement, de mise en conformité ou sécurité. Ce qui veut dire indispensables et auxquels la commune doit faire face, même si le montant demandé nécessite de passer devant le Conseil. En plus, il s'agit ici d'une planification intentionnelle prévue pour les années 2018 à 2020 étalées selon les mesures d'urgence ou de planification des communes voisines. Les fonds seront donc prélevés, selon les disponibilités, sur la bourse communale. Parmi les travaux programmés: le pont routier du chemin de Rennier, le pont de la Panchaude à l'avenue de Lavaux qui fera l'objet d'une requalification. Mais aussi des interventions sur les voûtes de la Vuachère à l'Av. du Général Guisan, et sur ceux de la Paudèze au chemin de la Gravière et au chemin du Stand.

Absence longue durée du personnel

Egalement à l'ordre du jour, 206'000 francs de crédits supplémentaires au budget. Ils sont en partie dus à des charges de personnel à la suite d'absences de longue durée et surtout à des dépenses urgentes et imprévisibles au centre sportif et dans des bâtiments administratifs. Aucune question et ce préavis est passé comme une lettre à la poste. Autrement dit, pas de quoi fouetter un chat pour cette séance, alors qu'il en avait été de même lors de la précédente séance. La présidente, Lena Lio, a dit avoir été interpellée par des Conseillers qui ont demandé s'il ne faudrait pas grouper les objets à débattre et diminuer le nombre de séances? Mais, a-t-elle répliqué, il est déjà arrivé plus d'une fois à Pully que, profitant d'une séance courte, des élus viennent avec des questions s'ouvrant sur un débat aux divers. Comment le savoir à l'avance? Sa décision a été de prendre un risque de soirées expédiées, plutôt que de refuser la parole à qui aurait voulu la prendre.

Date:07.06.2018
Parution: 904

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio