Télécharger
l’édition n°904
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Des artistes au diapason de l'abstraction

Monthey Cécile Goffart, Andrea Duchoud et Olivier Ramel exposent leurs œuvres à la Grange à Vanay du 9 au 24 juin. Voyage au cœur de trois univers, liés par l'amitié et la passion de la peinture.

Pour Andea Duchoud (à g.), Cécile Goffart et Olivier Ramel, montrer leur travail est aussi dévoiler une partie d'eux-mêmes.

Textes et photos: Valérie Passello

Leurs trajectoires sont différentes, mais tous ont le même moteur: la peinture. Les cheminements artistiques d'Olivier Ramel, Cécile Goffart et Andrea Duchoud se rejoignent au carrefour de la Grange à Vanay à Monthey. S'ils exposent ensemble pour la première fois, ces artistes échangent avec bonheur leurs expériences picturales depuis un certain temps déjà. Cécile Goffart raconte: «Olivier et moi sommes en couple. Je l'ai rencontré juste après avoir commencé à peindre. D'ailleurs, le fait de créer nous a rapprochés.»

Quant à la rencontre avec Andrea Duchoud, elle s'est faite de manière pour le moins originale, se souvient Olivier Ramel: «Je suis allé chez mon dentiste à Monthey pour effectuer un contrôle annuel. J'ai été si séduit par les toiles exposées dans le cabinet que j'ai voulu les montrer à Cécile. Elle a flashé à son tour et nous avons contacté l'artiste.»

C'est certain, si leurs accents n'ont pas les mêmes teintes, les trois parlent la même langue. De plus, il suffit de placer leurs œuvres côte à côte pour constater qu'un dialogue harmonieux s'installe entre elles. Très vite, l'idée d'une expo collective surgit et l'occasion se présente à Monthey.

Recharge d'énergie

Pour Andrea, exposer est loin d'être anodin: «Nous montrons quelque chose qui vient de l'intérieur et laissons les gens découvrir une partie de nous qu'ils ne connaîtraient pas autrement. Même si l'on sait que nos œuvres ne peuvent pas plaire à tout le monde, voir une personne touchée par notre travail amène de l'énergie. On en a besoin pour avancer.» Cécile acquiesce: «Quand les gens parlent avec le cœur, cela m'émeut terriblement. Pour moi, la peinture est une histoire d'émotion, de ressenti, c'est subjectif.»

Les trois artistes avouent remettre sans cesse l'ouvrage sur le chevalet pour explorer les possibilités infinies de l'abstraction. Olivier conclut: «Au début, il est difficile de trouver son style. Il nous est arrivé de suivre des cours pour maîtriser une technique, mais de toute façon, le résultat s'impose comme une évidence, le naturel finit toujours par revenir.»

Date:07.06.2018
Parution: 904

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio