Télécharger
l’édition n°906
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les VMCV toujours embourbés

Mobilité Des chauffeurs des transports publics de la Riviera se disent toujours surchargés, le budget 2018 n'est pas encore sous toit et le directeur, qui prendra sa retraite anticipée prochainement, est en arrêt maladie longue durée. Le Conseil d'administration assure avoir pris les devants: l'engagement de nouveaux conducteurs suit son cours et une nouvelle directrice entrera en fonction à la fin de l'été.

Selon plusieurs sources, le directeur aurait été poussé à prendre sa retraite après la manifestation syndicale du  12 mars: «C'est faux», assure le conseil d'administrationDR

Texte et photo: Amit Juillard

Ils sont inquiets. «Certains jours, il manque sept ou huit chauffeurs pour faire tourner le réseau, raconte l'un d'entre eux. Le Montreux Jazz Festival arrive et nous allons une nouvelle fois être obligés de travailler sur nos jours de congé! Le problème du sous-effectif est toujours là. En 2019, c'est la Fête des Vignerons...».

Depuis la manifestation syndicale du 12 mars (Le Régional 893), la situation au sein des transports publics Vevey-Montreux-Chillon-Villeneuve (VMCV) semble s'être apaisée. Mais des problèmes subsistent. Certains conducteurs sont partis et la formation des nouveaux prend du temps. Les suppressions imposées de jours de congé n'ont plus cours, mais une flexibilité leur est toujours demandée. «Comme promis, nous allons compenser les départs et continuer d'engager du nouveau personnel, répète Caleb Walther, municipal vert de Montreux et président ad interim du conseil d'administration. Dans un métier comme celui-ci, il y a un taux de renouvellement important, c'est normal. Tout se règle petit à petit.» Reste que, selon plusieurs employés, le manque de collaborateurs ne date pas d'hier: «Ca fait déjà trois ou quatre ans que ça dure, explique l'un d'eux. Et avec le développement des nouvelles lignes, c'est pire.» Actuellement, les VMCV comptent 115 équivalents plein temps (EPT) pour le personnel roulant. L'objectif est de porter ce chiffre à 130 EPT dès le mois de septembre.

Départ du directeur

Autre signe de la crise que traverse l'entreprise de service public: l'absence de deux membres de la direction. La responsable des finances est en arrêt maladie longue durée. Le directeur également, depuis le 18 mai. Il prendra sa retraite anticipée à la fin du mois d'août. Selon plusieurs sources, il aurait été poussé à prendre cette décision. «C'est faux. Il avait prévu de s'en aller, dément Caleb Walther. A ce stade, nous n'avons par ailleurs pas constaté de défaut majeur dans la gestion des affaires ces dernières années qui aurait justifié une telle démarche.» Actuellement responsable de plusieurs agences postales à Lausanne, Angela Schlegel entrera en fonction le 1er septembre. Le président du conseil d'administration, Paul Blumentahl, assure l'intérim.

Toujours pas de budget 2018

Circulez, il n'y a rien à voir? Pas vraiment: «Le budget pour cette année n'a toujours pas été validé, s'inquiète Irina Gote, présidente du parti socialiste de Montreux et auteure de deux interpellations au Conseil communal au sujet des VMCV depuis mars. Quand une entreprise n'arrive pas à boucler son budget ni à prévoir la nécessité d'engager du personnel roulant supplémentaire, ce n'est pas signe de bonne gestion! Les VMCV sont à un tournant, mais rien n'a été anticipé. On va droit dans le mur.»

Autre souci, le renouvellement de la flotte aurait pris du retard: «Normalement, nous devrions avoir ces nouveaux bus depuis l'an passé déjà», affirme ce même employé. «Cet achat n'a pas été annulé, corrige Caleb Walther. Lorsque nous avons envisagé d'anticiper cette commande, nous avons demandé des confirmations sur les possibilités techniques et financières d'aller de l'avant. Nous attendons des réponses.» Quant au budget, l'édile précise: «Nous l'avions refusé parce qu'il était inacceptable en l'état. Une partie de l'augmentation des charges n'était pas suffisamment étayée. Nous voulions des preuves que l'évolution à la hausse était nécessaire. Nous avons finalement très vite validé les choix d'engager de nouveaux chauffeurs, puis de créer un nouveau poste dédié au controlling financier. Par ailleurs, dans une entreprise comme celle-ci, un budget n'est pas nécessaire à son fonctionnement s'il y a un cadre budgétaire. Nous nous basons sur les chiffres de l'an dernier. Il n'y a pas péril en la demeure.»

Déficit plus élevé que prévu

Le déficit 2017 est plus important que prévu: plus de 13 mios de frs avant les indemnisations communales. Les VMCV bouclent toutefois l'exercice avec un léger bénéfice de 584'000 frs. «Toutes les entreprises de transports publics sont déficitaires, rappelle Caleb Walther. Il y a eu une augmentation des charges, mais également une stagnation des recettes due à l'extension du réseau Mobilis.» En clair, le réseau s'est étendu, une nouvelle clef de répartition est entrée en vigueur et les entreprises se partageant le gâteau sont plus nombreuses. Conséquence: davantage de clients pour moins de rentrées d'argent. Des évolutions pourtant prévisibles, selon les spécialistes de la branche.

Date:21.06.2018
Parution: 906

En images

Documents

Vidéo
Documents audio

Dans ce même dossier