Télécharger
l’édition n°907
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Encore une distinction pour Jérôme Aké Béda

Office des Vins vaudois Dans le cadre de la remise des trophées de la sélection des vins vaudois 2018, le titre de Commandeur de l'Ordre des Vins Vaudois a été remis au célèbre sommelier de l'Auberge de l'Onde par Pierre Keller.

«J'espère qu'il y aura une belle photo en noir et blanc...», plaisante Jérôme Aké-Béda,  lors de la remise  de son titre, par Pierre Keller, président de l‘Office des Vins Vaudois.

Nina Brissot

Qui ne connait pas Jérôme? Une casquette en permanence vissée à un crâne dégarni, l'air toujours en cavale comme s'il avait le diable aux trousses, un humour mi-figue mi-raisin et un sourire illuminé lorsqu'il vous dit: «Je suis noir de colère!» Lorsqu'il n'est pas à l'Auberge de l'Onde, à St-Saphorin où il officie comme chef d'orchestre, sauf au piano, on le rencontre partout où il y a des fêtes. C'est probablement de sa Côte d'Ivoire natale qu'il a gardé ce goût de la fête. Surtout celles tournant autour du vin. Et ce n'est pas par hasard qu'il soit aujourd'hui surnommé le Pape du chasselas. Comment a-t-il fait, cet enfant d'Abidjan, né en 1962, pour se faire pareil nom dans le milieu des vignerons? Il a tout simplement travaillé. Beaucoup. Encore et encore. Tout, il a tout voulu savoir sur le vin, il a suivi des cours, s'est plongé dans des livres, a engrangé sa petite encyclopédie personnelle. Il faut dire que ni le travail, ni les études ne font peur à Jérôme qui aime aussi vivre à 100 à l'heure. Aujourd'hui, il adore décrypter les ADN de chaque nectar comme s'il était né avec. Peut-être a-t-il hérité de quelques dons de sa chamane de maman ou de sa grand-mère qui connaissait comme personne chaque herbe et l'usage qu'elle pouvait en faire.

D'abidjan à St-Saph

Souvent, les rêves d'enfant donnent des ailes. Lui utilisait les siennes pour passer les palissades autour des grands hôtels de la capitale de Côte d'Ivoire et s'enfiler ensuite dans les dédales de ces palaces afin d'observer comment vivaient les autres. Ceux qui avaient de l'argent. Malin, serviable, gentil et toujours de bonne humeur, il a su se faire admettre, mieux encore, se faire engager dans ces lieux de rêve. Après ses études secondaires, Jérôme sera admis dans la toute nouvelle école hôtelière qui vient d'ouvrir à Abidjan. Il passera ses étés en France histoire de se familiariser avec le métier. Sarlat, St-Tropez, Port Grimaud, les lieux à la mode. Il y va et vend ses talents car il est persuadé, avec raison, que celui qui en veut trouve toujours du travail. C'est en 1990 qu'il débarque en Suisse pour se perfectionner à Glion, à l'Ecole hôtelière. Très vite, il va se passionner pour le vin en travaillant plus tard dans les restaurants et ils seront plusieurs à l'encourager, dont Denis Martin à Vevey chez qui il a officié comme directeur de salle de 1997 à 2002. Ses armes, il les affûtera au restaurant gastronomique du Mirador, le Trianon, au Mont Pèlerin où il est resté cinq ans de 2002 à 2006.

Titres et couronnes

Maniant avec aisance le verbe et la poésie, Jérôme se fait le chantre des vins et connait les chasselas sur le bout de la langue. Il leur a même consacré un ouvrage écrit avec le journaliste Pierre-Emmanuel Buss et sorti en 2014 sous le titre: «Les 99 chasselas à boire avant de mourir!» Il est également chroniqueur au Régional. Ses talents reconnus dans le milieu, une pluie de titres viennent l'arroser, le Pape du chasselas fut deux fois meilleur sommelier romand du Trophée Ruinart, il est aussi Chevalier du Tastevin de Bourgogne, Compagnon de la Confrérie du Guillon, Chevalier de l'ordre des coteaux de Champagne, Ambassadeur du chasselas, Sommelier Suisse de l'année 2015 par le Gault Millau, membre de l'Ordre Mondial des Gourmets dégustateurs de la Chaine des Rôtisseurs, puis depuis le 21 juin, Commandeur de l'Ordre des Vins Vaudois. Lors de la remise du ruban, Pierre Keller président de l'OVV a pris la précaution de le mettre en garde: «Vu que tu as été vacciné à l'aiguille de gramophone Jérôme, je t'accorde 2 minutes et demie pour t'exprimer.» Ce que le récipiendaire a suivi à la lettre, en exprimant tout sa fierté et sa gratitude pour cette nouvelle couronne. Il a salué les qualités de visionnaire de Pierre Keller et demandé pour lui un tsunami d'applaudissements. La cérémonie s'est terminée par la dégustation des vins primés sur lesquels Le Régional reviendra.

Date:28.06.2018
Parution: 907

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio