Télécharger
l’édition n°907
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Place réduite pour les jardins urbains

La Tour-de-Peilz Les potagers familiaux à disposition des habitants sur des parcelles communales seront redistribués et réaménagés. Objectif: répondre à la demande et libérer de l'espace pour des projets de construction. Les principes de la culture biologique y prévaudront. Coût de l'opération: 55'000 francs.

La municipale Taraneh Amininan (ici avec Jacques Devenoge) espère continuer l'aventure des jardins familiaux «main dans la main» avec les habitants.

Texte et photo: Priska Hess

Rouge-rose à souhait, charnues et aussi goûteuses qu'odorantes... Jacques Devenoge n'est pas peu fier de présenter ses premières framboises de l'année. Depuis 1989, ce retraité cultive avec soin baies, rhubarbe, légumes et plantes aromatiques sur une centaine de mètres carrés à l'avenue de Bel-Air, au sein de l'un des jardins familiaux loués aux habitants par la commune, propriétaire de la parcelle. Pourtant, dès l'an prochain, il devra se contenter d'une surface diminuée de trois quarts. Motif: la Municipalité prévoit la redistribution et un réaménagement des terrains dévolus aux plantages, afin de répondre à la quarantaine de personnes en liste d'attente, ainsi qu'aux futures demandes. Cette démarche fait suite à un postulat des Verts déposé en 2016. Autre contrainte, libérer dans les deux à trois ans les parcelles jouxtant le cimetière de Vassin, où la commune projette des logements abordables. «L'idée est aussi de concentrer les plantages sur les parcelles les plus grandes pour limiter les coûts d'installation du réseau d'eau et permettre un réaménagement plus rationnel», précise Yves Roulet, chef de Service. De 4'800 m2 sur dix sites, pour 64 bénéficiaires, les surfaces passeront donc à 3'100 m2 sur cinq sites, pour 127 bénéficiaires qui disposeront chacun d'environ 24 m2. Conditions: habiter la commune et s'engager à un entretien soigneux, sans recours aux engrais chimiques et pesticides de synthèse. Les plantages seront attribués en fonction du quartier de domicile, afin d'être accessibles à pied.

Gros émoi

Communiquée par courrier mi-mai, la résiliation des contrats au 30 novembre a causé un grand émoi. Surtout parmi les bénéficiaires de longue date voyant leur surface réduite ou devant y renoncer pour avoir déménagé dans une autre commune. Plus d'une quarantaine étaient présents à la séance d'information organisée le 13 juin par la Municipalité, qui a permis d'apaiser les esprits. «Nous sommes conscients que c'est difficile émotionnellement, mais nous allons essayer de satisfaire tout le monde au mieux. Nous sommes prêts à entrer en matière sur des souhaits particuliers, si la demande est justifiée. Nous allons également répertorier les plantes vivaces, afin de les maintenir dans la mesure du possible», promet la municipale Taraneh Aminian. Jacques Devenoge devrait ainsi pouvoir conserver en partie l'espace où poussent ses framboisiers, issus d'une patiente sélection.

La commune investira 55'000 frs dans ce projet. Quant au coût de location, il passera de 0,55 ct/m2 à 2 frs/m2 soit un revenu potentiel de 6'200 frs, dévolu notamment à l'entretien du réseau de distribution d'eau. Les nouveaux jardins partagés seront mis à disposition fin avril 2019.

Date:28.06.2018
Parution: 907

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio