Télécharger
l’édition n°907
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

De l'assiette au compost, une filière qui roule

Massongex /Saint-Maurice À l'issue d'un essai de dix mois, le système de récupération des déchets alimentaires Gastrovert est un succès. Les deux communes-pilotes poursuivront en ce sens et de nombreuses autres s'y intéressent.

Damien Revaz (à g.) et Tristan Jordan ont eu des échos très positifs des habitants de leurs communes respectives au sujet de GastrovertDR

Texte et photo: Valérie Passello

60% de la population a joué le jeu. Le bilan de la phase-test de Gastrovert, lancée en août 2017 à Massongex et Saint-Maurice, est excellent. Ce concept de collecte et de valorisation des déchets alimentaires, initié par la Satom, existait déjà pour les restaurateurs, mais il s'adresse désormais aussi aux citoyens. Tout habitant d'une commune ayant adhéré au système reçoit une carte et peut accéder quand il le souhaite à un point de récolte pour y déposer le contenu de son «bio-seau».

Le président agaunois Damien Revaz n'a pas hésité longtemps avant d'accepter que sa commune serve de pilote: «L'intérêt pour nous était de participer à un projet à dimension écologique, mais aussi économique. En tant qu'actionnaires de la Satom, les communes gagnent à améliorer l'incinération des ordures ménagères.» Municipal massongéroud des travaux publics, Tristan Jordan acquiesce: «L'idée nous a séduits aussi dans la perspective de l'introduction de la taxe au sac.» Depuis l'entrée en vigueur de la taxe au début 2018, l'utilisation de Gastrovert a d'ailleurs doublé dans les deux communes.

À qui le tour?

Environ un tiers du contenu d'un sac poubelle étant constitué de déchets alimentaires, trouver une autre filière pour les valoriser représente de nombreux avantages, relève le directeur de la Satom Edi Blatter: «En les sortant des sacs, on élimine une grande quantité d'eau, ce qui optimise l'incinération. De plus, notre usine de méthanisation de Villeneuve est équipée pour traiter la récolte Gastrovert afin de produire du biogaz et du compost.»

Parmi les 79 communes vaudoises et valaisannes actionnaires de Satom SA, plusieurs ont déjà manifesté leur intérêt, du Valais central jusqu'à la Riviera. «D'ici à un an, nous espérons qu'une bonne partie adopte le système et que celui-ci, à terme, soit étendu à toutes les communes», indique encore Edi Blatter.

Date:28.06.2018
Parution: 907

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio