Télécharger
l’édition n°908
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Mais qui a construit l'Ile de Peilz ?

Lieux mystérieux Véritable aimant à légendes, cette île n'a aucune utilité pratique, sauf celle de faire rêver les âmes romantiques...

Il ne reste actuellement qu'un seul platane, d'un beau vert en été et d'un blanc qui ne doit rien au gel en hiver... V. Passello

Par Stefan Ansermet*

Du rivage, on ne voit qu'un grand arbre posé sur l'eau comme s'il flottait à sa surface. Ses branches immenses retombent presque dans le lac et dissimulent aux regards la minuscule motte de terre sur laquelle il a planté ses racines. On le connait sous le nom d'Ile de Peilz, sans se douter que son origine et sa présence demeurent encore en grande partie énigmatiques. L'histoire officielle nous dit qu'en 1797, des habitants de Villeneuve auraient tiré parti d'un rocher émergeant du lac à cet endroit pour le surélever en y apportant de la terre et pour le ceindre d'un mur de soutènement. Pourtant, aucune archive ne semble à ce jour corroborer ce récit, et il est permis de se demander pour quelle raison ces efforts, probablement fort coûteux pour l'époque, auraient été entrepris? Cette île n'a en effet aucune utilité pratique, sauf celle de faire rêver les âmes romantiques, car un site aussi visiblement inhabituel est un véritable aimant à légendes.

La mort de l'amant...

La première de celles-ci raconte qu'il y a 150 ans environ, un couple d'amoureux anglais séjournant à Villeneuve dans l'hôtel Byron furent victimes d'un tragique accident, au cours duquel le jeune homme se noya. Sa veuve inconsolable fit lors construire en sa mémoire l'«Île de Paix» appelée aussi «Ile des Deux Amants». Le problème, c'est que l'îlot existait déjà depuis longtemps, puisqu'il est cité en détail dans le célèbre poème «Le Prisonnier de Chillon» que Byron lui-même a écrit en 1816. Ce qui est vrai par contre, c'est que l'atlas Dufour de 1864 lui donne encore le nom d'Ile de Paix, et qu'il faut attendre 1891 pour qu'apparaisse sa graphie actuelle calquée sur celle de La Tour-de-Peilz.

On raconte aussi que l'îlot aurait été offert il y a 150 ans à la reine Victoria par les autorités cantonales ou fédérales, mais que la souveraine aurait rendu ce présent aux Vaudois en découvrant qu'on lui réclamait des impôts fonciers. Il est vrai qu'ils devaient être extraordinairement élevés pour les faibles moyens de la souveraine d'un empire qui faisait alors le tour de la planète...

Perchoir favori

A l'origine l'île était plantée de trois peupliers, qui furent remplacés en 1851 par des platanes et marronniers. Il ne reste actuellement qu'un seul platane, d'un beau vert en été et d'un blanc qui ne doit rien au gel en hiver: il s'agit en effet de guano issu des cormorans et autres oiseaux lacustres qui en ont fait leur perchoir favori. Voilà qui est moins romantique, mais qui n'enlève rien cependant aux réelles questions posées par cette île mystérieuse.

*Stefan Ansermet est l'auteur du Guide des lieux mystérieux de Suisse romande, vol 1 et 2. Editions Favre

Date:05.07.2018
Parution: 908

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio