Télécharger
l’édition n°908
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Plus il y a de couleurs, plus la prairie est riche

Puidoux Le réseau écologique de Puidoux organise des visites le 14 juillet pour laisser la population découvrir son fonctionnement et de quelle manière il redonne vie à la nature.

Il sera possible de voir les différentes sortes de fleurs et d'insectes dans les prairies du réseau écologique.DR

Valérie Blom

Quitter Vevey, traverser Chexbres, filer à Puidoux et, à quelques encablures du centre du village, se retrouver en forêt. Dans un champ entouré d'arbres, au milieu des fleurs, des papillons et des sauterelles. Entendre les grillons, et ne pas échapper à l'attaque du taon. Cette nature, si belle et sauvage, peut vivre et grandir aussi proche de la ville grâce au réseau écologique de Puidoux, un des 85 du canton de Vaud. Pour découvrir sa fonction, une journée portes ouvertes est organisée le 14 juillet. Une balade d'environ 3 km sera proposée, étayée d'explications sur les particularités de la région. Le parcours est accessible à tous, petits et grands, à l'exception des poussettes. «Le but est de montrer notre travail et la manière dont les agriculteurs prennent aussi soin de la nature, et ne font pas que la polluer», précise Michel Chaubert, président du réseau de Puidoux et agriculteur bio depuis vingt ans. L'entier des paysans suisses doivent consacrer 7% de leur surface à la protection de la biodiversité pour toucher les payements directs. «Certains le font en rechignant, mais de plus en plus de gens s'intéressent aux stratégies naturelles, précise-t-il. C'est une bonne chose, même si cela exige beaucoup de travail. Personnellement, après vingt ans, je suis enfin satisfait de mon champ de blé que j'estime réussi.»

Les espaces sauvages, paradis des animaux

Les randonneurs du 14 juillet pourront découvrir les prairies, un marais parmi les plus importants de la région, des haies d'épineux, et bien sûr, de nombreux animaux comme les demi-deuils (des papillons) et peut-être même des salamandres. Michel Chaubert montre le coin de pré. «Je n'ai pas fauché partout, je laisse certains espaces sauvages. Ici, c'est mon petit coin de paradis», glisse-t-il en écoutant les grillons et en observant le vol des insectes aux ailes bariolées. «Plus c'est coloré, plus c'est riche. Il y a des fleurs disparues qui, grâce à ce système, sont revenues avec les années» L'agriculteur espère que la manifestation se pérennise, avec d'autres réseaux à présenter. «Il faut que ce soit ludique et instructif. Tout en rappelant aux gens que nous existons avant tout pour nourrir la population suisse». Et afin de bien s'atteler à cette tâche, il faut prendre soin de la terre nourricière.

Date:05.07.2018
Parution: 908

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio