Télécharger
l’édition n°909
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Encore des inquiétudes autour des petites gares

Lavaux Villette, Epesses et St-Saphorin sans leur halte CFF? Impensable mais tout de même évoqué. A Pully, le parti socialiste s'en inquiète. Des députées, Pauline Tafelmacher et Monique Ryf, ont déposé une « simple question » au Conseil d'Etat. Elle agace.

La halte de Villette fait partie des petites gares qui inquiètent les députées.

Textes et photo: Nina Brissot

«Il n'est pas question de fermer des gares sur le tracé du RER! s'agace Mehdi-Stéphane Prin, délégué à la communication du Département des infrastructures et ressources humaines. Je ne peux pas entrer dans les détails avant que le Conseil d'Etat n'ait statué. Mais ce n'est pas la volonté de la direction générale de la mobilité et des routes.» Pourtant, le sujet est dans l'air depuis qu'une consultation fédérale sur l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire est en cours. Les cantons doivent se positionner. Or, dans ce même cadre, les CFF ont, le 7 novembre 2017, pris position. Dans leur contreprojet, ils évoquent, entre autres, l'abandon possible de petites gares entre Lausanne et Vevey. Celles de Villette, Epesses et St-Saphorin pourraient ainsi passer à la trappe. Inquiétude chez les usagers et discussions dans les conseils communaux. Si bien que les députées socialistes, également élues à Pully et Oron, Pauline Tafelmacher et Monique Ryf, ont déposé auprès du Conseil d'Etat «une simple question». Soit une demande de renseignement écrite directement qui ne nécessite pas un passage au Grand Conseil.

La double question

Extrait du texte: «Soucieuses de défendre un large accès aux transports en commun, nous posons au Conseil d'Etat les questions suivantes: «Le Conseil d'Etat a-t-il perçu une réelle intention des CFF de supprimer ou de restreindre la desserte des petites haltes, en particulier entre Lausanne et Vevey? Subsidiairement, le CE compte-t-il s'engager pour maintenir, voire développer, la desserte ferroviaire dans tout le canton, y compris pour des villages peu peuplés et excentrés?» La réponse devrait tomber dans un mois. Contactée par Le Régional, l'ex-régie fédérale reste évasive quant à ses intentions: «Le trafic régional est de la responsabilité des cantons, qui commandent et financent l'offre fournie par les entreprises de transport. Nous n'avons actuellement pas pour projet de fermer ces haltes.»

Date:12.07.2018
Parution: 909

Gros investissements fédéraux

Le trafic ferroviaire ne cesse de croitre. Selon la Confédération, il a plus que doublé depuis les années 1980 pour les voyageurs et augmenté de 40% pour les marchandises. Une tendance qui ne montre aucun signe de faiblesse si bien que le réseau va, si rien n'est entrepris, être rapidement saturé. Raison pour laquelle le Conseil fédéral prévoit des investissements supplémentaires, de l'ordre de 11,5 milliards à l'horizon 2035. Ou, selon une variante encore à l'étude, 7 milliards d'ici à 2030. Cette seconde variante a cependant moins de chance d'être sélectionnée: selon les autorités fédérales, elle ne permettrait pas d'éliminer suffisamment de goulets d'étranglement. Quelle que soit l'option retenue, l'idée sera avant tout de désengorger les gares et d'améliorer l'offre. Notamment par des cadences au quart d'heure sur des tronçons surchargés comme entre Lausanne et Genève. Des passages à la demi-heure sont envisagés entre Lausanne et St-Maurice. Troisième point, l'aménagement des gares. Celle de Vevey est en cours de rénovation et devrait être prête pour la Fête des Vignerons en 2019.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio