Télécharger
l’édition n°910
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un smartphone sinon rien...

Chantier CFF - Puidoux Mieux vaut savoir manier son smartphone ou sa tablette si l'on veut connaitre les horaires de remplacement des trains entre Lausanne et Puidoux-Chexbres, où la ligne est interrompue. Aucun affichage papier n'est prévu pour les usagers. Ces derniers sont en colère. L'AVIVO – société de défense des intérêts des personnes âgées - dénonce la situation.

Nina Brissot

«Je comprends qu'il y ait des travaux, j'admets qu'il faille prendre la route, mais de grâce, affichez les horaires!» attaque une dame en gare de Chexbres. Celle qui est habituellement douce et prête à bavarder avec tout le monde sent la colère monter en elle. Sur le chantier de la ligne entre Lausanne et Berne (voir encadré), les CFF ont décidé de ne pas afficher d'information papier à propos des modifications. Or, tout le monde n'a pas un smartphone dans sa poche ou ne voyage pas nécessairement avec sa tablette. Les usagers qui n'ont pas adopté les nouvelles technologies sont laissés pour compte. Et cela les fâche. A Chexbres, un bus de remplacement a été organisé. Son parcours est nettement plus long mais ce n'est pas sur ce point que porte la grogne des passagers, qui font volontiers contre mauvaise fortune bon cœur. «Après tout, le luxe des trains à l'heure n'est pas un dû inaltérable», admet l'un d'eux. Non, ce qui fâche le petit monde, c'est que les départs et les arrivées du bus ne peuvent être consultés qu'en ligne.

Même la Hotline n'est pas disponible

L'AVIVO, l'Association de défense et de détente des retraités, est entrée en action. Appelée par de nombreuses personnes âgées agacées de la situation, elle a contacté les CFF et va continuer à mettre la pression. «Pour téléphoner à la Hotline, il faut un ordinateur. C'est le serpent qui se mord la queue!» dénonce sa présidente Christiane Jaquet-Berger. «A mon âge, je ne sais pas naviguer sur Internet et je trouve qu'on se moque de nous», clame une personne âgée, désemparée mais vindicative. Si bien qu'à Chexbres, certains usagers confondent le point I d'information juste à côté de la gare avec un guichet CFF et vont se renseigner auprès de sa responsable. Cette dernière, après avoir essuyé les feux de la colère de plusieurs personnes, a saisi son smartphone, a cherché et a inscrit les horaires qu'elle distribue à ceux qui les demandent. En définitive, le troisième âge n'est pas le seul lésé: touristes ou tout autre individu de passage ne possèdent pas forcément l'application CFF

Les CFF «n'impriment plus»

Contactés, l'ex-régie fédérale se dit surprise. «Nous avons bien avisé nos passagers: les informations des travaux ont été relayées par la presse et il fallait se renseigner avant de se rendre à la gare, déclare Ottavia Masserini, porte-parole. Pour les voyageurs provenant de plus loin, des annonces sont faites dans les trains. Les détenteurs d'abonnements ont été avisés par courriel et nous avons 180 personnes disséminées dans toutes les gares touchées par ce chantier qui sont présentes pour aider les voyageurs.» Peut-être, mais toutes ces démarches ne fabriquent pas un horaire et, apparemment à Chexbres et à Puidoux, ces individus n'étaient pas suffisamment visibles. «Nous avons des panneaux avec des renseignements sur les travaux et le numéro de la Hotline, poursuit Ottavia Masserini. Cela fait longtemps que les CFF n'impriment plus d'horaires.» Ce qui ne suffit pas à satisfaire Christiane Jaquet-Berger: «selon mes recherches, les chemins de fers fédéraux ne respectent pas l'ordonnance en matière d'horaires, explique-t-elle. Nous avons donc également contacté l'Office fédéral des transports.» Le conflit des générations est palpable. La technologie n'est pas encore assez bien faite pour que Siri ou Android donne toutes les informations qu'offrait le papier. Sans compter que, pour se faire dédommager, il faut télécharger une application et accepter de se faire géolocaliser (voir encadré). Trop modernes, les CFF?

Date:19.07.2018
Parution: 910

Un dédommagement pour les branchés

Conscients des désagréments pour les usagers, les CFF ont envisagé un projet pilote de dédommagement. Les usagers de la ligne devront pour cela télécharger l'application mobile CFF Preview sur leur téléphone portable. Ils devront ensuite s'enregistrer au moyen du login Swisspass. La comptabilisation des trajets se fera automatiquement par géolocalisation. Lorsque le passager aura effectué 10 journées de voyage au minimum avec un temps de parcours prolongé d'au moins 20 minutes, il recevra automatiquement un bon CFF d'une valeur de 100 frs. Le mode d'emploi est peut-être affiché à la gare de Chexbres? C'est simple. Un smartphone, sinon rien.

Un énorme chantier...

Ce n'est pas le chantier du siècle mais presque. Débutés le 11 juillet, les travaux sur la ligne CFF Lausanne-Berne vont «bon train». La ligne est interrompue au trafic entre Lausanne et Puidoux-Chexbres, ce qui occasionne des désagréments pour environ 13'000 voyageurs, chiffre estimé par les CFF. Cependant, cette interruption permet de mener le chantier sur sept semaines contre les huit mois nécessaires si le trafic était maintenu. Six chantiers sont planifiés sur le tronçon, qui comprennent le renouvellement de la voie ferrée sur 5 km, le remplacement de 35'000 tonnes (35 millions de kg) de ballast, 20 km de rails, 8 aiguillages... Par ailleurs, les gares de Pully-Nord, La Conversion et Grandvaux seront rénovées et mises aux normes pour faciliter l'accès aux poussettes et chaises roulantes. Deux tunnels seront assainis. Autant de chantiers qui nécessitent sur place 600 ouvriers qui se relaient entre 6h et 22h et parfois même de nuit. Quelque 41 millions sont investis dans cette entreprise.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio