Télécharger
l’édition n°910
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

KO pour Ernest !

Hommage Qui se souvient de Roméo, le super-welter, trois fois champion suisse de boxe dans les années 50 ? Le vigneron de Grandvaux, père du dessinateur de presse Stef, et rameur vénéré à la Société de sauvetage de Villette a définitivement quitté le ring. Ernest Monnier s'en est allé. Il avait 87 ans.

Ernest Monnier (à gauche) avec l'entraîneur Fouad Ben Saoud à Lausanne en 2014, à l'occasion des championnats de Suisse.DR

Sur les rings, son surnom était Roméo. Peut-être grâce à sa mère italienne. Fils de vigneron-tâcheron de Grandvaux, cet enfant italo-valaisan a eu son heure de gloire dans les années 50 en remportant trois titres de champion de Suisse des super-welters (en 55, 57 et 58). Entre 1950 et 1959, il est engagé dans 120 combats, portant haut les couleurs du CLB, le Club lausannois de Boxe. Par la suite, quelques ennuis de santé lui font renoncer à poursuivre une carrière aux poings. Mais c'est la tête haute qu'il quitte son sport puisqu'Ernest Monnier n'a jamais été battu par KO Les gants raccrochés, Ernst Monnier se consacre à son domaine viticole. Tout en vivant au grand air et pratiquant assidument sport et musique, dans la fanfare de Grandvaux. Ses muscles il les entretient à la société de sauvetage de Villette, où il se distingue durant des années. Il ramera jusqu'à plus de 70 ans. Vers la fin de l'année dernière, une infection pulmonaire l'a obligé à quitter sa maison de Grandvaux pour une retraite dans une maison spécialisée à Chexbres. C'est là qu'il a tiré le rideau sur une vie bien remplie le 21 juin dernier. nb

Date:19.07.2018
Parution: 910

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio