Télécharger
l’édition n°911
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Idole des enfants et des parents, Gaëtan s'éclate

Jorat-Mézières Gaëtan est à l'affiche de la 5e édition du Festival des planches, qui se tient du 31 août au 1er septembre à Mézières. Le musicien, qui avoue adorer son métier, se confie sur les secrets de fabrication de ses chansons.

Gaëtan aime bien «déconner en famille».  L. Flusin/elo

Valérie Blom

Inspiré. L'un des adjectifs qui pourrait décrire au mieux la personnalité de Gaëtan. Le musicien pour enfants comptabilise pas moins de 5 albums depuis les débuts de sa carrière, en 2001. Cette année, il est partout: à Paris durant l'été avant d'enchaîner avec le Festival des planches à Jorat-Mézières le 1er septembre. Rencontre avec un amoureux de la vie, qui est tombé dans la marmite de la musique pour petits par hasard.

Petit, qu'écoutiez-vous ?

> Je n'ai jamais écouté de la musique pour enfants. Même depuis que j'en fais, je ne préfère pas y prêter mon oreille, de peur d'être influencé. L'exception, c'est Henri Dès, car c'est un ami. En étant gamin, j'entendais la musique de mes parents: Maurice Chevalier, Bourvil ou Henri Salvador. J'adorais la polyvalence de Salvador, on comprend les paroles différemment en tant qu'enfant ou adulte. J'ai toujours bien aimé les chanteurs à texte. Je mettais le 45 tours à fond et je m'y croyais! (rires)

Pourquoi jouer pour des enfants ?

> Je suis musicien à l'origine. J'ai toujours apprécié la musique. J'ai fait du piano et de la batterie. Bref toutes ces activités de jeunes qui aiment les instruments! Du coup, j'ai enchaîné vers la composition pour adultes, et je me suis inscrit au conservatoire de Genève. Dans ce cadre, nous devions arranger une chanson pour enfants lors de l'examen final. J'avais tout bien préparé sauf ce détail, qu'un ami m'a rappelé la veille du passage devant les experts. Je l'ai donc composée très vite, et je me suis tellement amusé que j'en ai imaginées d'autres. Puis, de fil en aiguille, j'ai sorti mon premier disque, puis le 2e... Aujourd'hui je tourne depuis dix-huit ans et j'ai toujours autant de plaisir.

Ne ressentez-vous jamais de lassitude ?

> Non, j'adore mon métier. Mon quotidien est néanmoins différent selon les étapes! Par exemple, il y a la composition, la production du disque, sa fabrication, la tournée, toutes les rencontres, les scènes, les pays... C'est un métier très riche. Il y a les parents et les enfants avec qui je peux partager des moments. Les échanges professionnels qui me font avancer. Actuellement, je joue à Paris et c'est une toute nouvelle étape pour moi! Je découvre un autre univers, en étant seul sur scène. Je ne m'ennuie jamais.

Qu'est-ce qui vous inspire ?

> Je n'ai pas réellement de recette. Je prends un peu comme ça vient. J'ai des périodes où je suis sur «on» et d'autres sur «off». Je n'écris pas à longueur d'année... Je peux être très productif en très peu de temps. J'ai par exemple actuellement 53 chansons, ensuite j'élague pas mal. Parfois, j'ai les paroles et la musique qui me viennent, parfois simplement le sujet. J'ai un flash, et soit j'ai l'étincelle, soit cela ne donne rien du tout. Je ne jette toutefois jamais rien. Je me confectionne mes propres blocs-notes avec portée, pour que je puisse inscrire mes inspirations, textuelles ou musicales, même si, à la fin, il ne ressemble plus à grand-chose! (rires). Selon moi, moins il y a d'intermédiaires entre le cerveau et l'inscription sur papier, mieux c'est! Je n'aime pas tant les enregistreurs...

Jouez-vous vos chansons à vos enfants ?

> Je ne teste jamais mes créations sur des enfants. Je préfère me faire confiance. Sinon, l'un aimerait changer ça, l'autre ceci... J'adore néanmoins déconner en famille. Cela dépend également si je suis en période de compositions ou non.

Date:09.08.2018
Parution: 911

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio