Télécharger
l’édition n°911
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le Chablaisien de Sparte

COURSE D'OBSTACLES Nouvelle forme de courses à obstacles, la Spartan Race est une compétition hybride combinant fitness, course à pied, natation, athlétisme et surtout travail mental. Ouvert à tous les niveaux de conditions physiques, ce «sport» connait un engouement exponentiel depuis sa création en 2007. Des passionnés avides de repousser leurs limites voyagent partout en Europe pour participer à ces courses extrêmes. Le Régional a rencontré Léo Berdoz, Chablaisien résidant à Saint-Maurice.

Léo Berdoz lors de sa participation à la Spartan Ultra Beast d'Andorre en 2018, course de 55 km et 60 obstacles, qu'il a terminée avec un temps de 14h28. Sporautograf.com

Jonathan Corbillon

Porter des chaînes, gravir des obstacles, traverser des palissades, se lancer de prise en prise à la simple force de ses épaules ou encore charger des sacs de sable sur des dénivelés boueux, voilà en quoi consistent ces courses de «spartiates» très en vogue depuis un peu plus de 10 ans. Il n'existe pourtant pas de profil de participant bien défini: qu'ils proviennent du fitness, de la course à pied ou d'autres disciplines comme le triathlon, les coureurs y trouvent tous leur plaisir. Ils sont des milliers à s'y mettre chaque année, comme l'agaunois Léo Berdoz

De telles courses suscitent de l'admiration, comment vous préparez-vous à cet effort?

> Je cours entre 80 et 90 kilomètres par semaine. J'aime aller courir sur les magnifiques sentiers des Alpes vaudoises et valaisannes. La préparation mentale est aussi extrêmement importante. En général, une semaine avant l'épreuve, je me mets déjà dans ma bulle, mais j'ai quand même besoin de ma famille et mes amis pour me soutenir et me ravitailler durant les parcours. C'est grâce à eux si j'arrive à terminer certaines de ces courses extrêmes. Les Spartan Race restent un travail d'équipe.

Comment avez-vous découvert cette discipline?

> Complètement par hasard avec deux amis en 2015. Nous nous sommes rendus à Milan pour participer à la Spartan Sprint qui semblait être une simple course de 5 kilomètres. Il avait énormément plu la veille, le parcours était donc extrêmement boueux. Nous avons fait toute la compétition en groupe. Ça reste une expérience incroyable et inoubliable. Nous étions soudés à 150% et j'ai directement adhéré au concept.

Sur le papier, 55 km de course avec obstacles, cela ressemble à une course de l'impossible...

> Au final, le mental est toujours une composante importante à gérer dans ce genre de course. Physiquement, on n'est jamais à l'abri d'un problème, que ce soit de déshydratation ou d'insolation. Il est alors important de dépasser ses limites et de toujours aller plus loin, mais il faut tout de même savoir écouter son corps et le respecter. Lorsque j'ai des coups durs ou des passes mentalement difficiles à traverser, j'ai une technique personnelle: je reprends chaque lettre de l'alphabet et je l'associe à un moment de ma vie afin de me replonger dans mes souvenirs et oublier la douleur.

Date:09.08.2018
Parution: 911

Il lui a fallu 14h28 pour venir à bout de l'Ultra Beast d'Andorre

Trois principaux types de course composent ces Spartan Race. La Spartan Sprint, en version plus adaptée aux débutants, met de côté l'endurance pour tester la rapidité à travers environ 6 km semés d'une vingtaine d'obstacles. La Spartan Super propose, elle, une épreuve mentale et physique sur un parcours de plus de 13 km avec quelque 25 obstacles. Enfin, la Spartan Beast, qui est sans doute la plus exigeante, avec plus de 20 km et 30 obstacles. D'autres variantes ont été créées pour les plus ambitieux, telles que l'Ultra Beast (55 km et 60 obstacles) que Léo Berdoz est parvenu à terminer.

Palmarès et participations

- Spartan Sprint à Milan en 2015, finisher.

- Spartan Beast à Morzine en 2017 et 2018,

- finisher.

- Spartan Ultra Beast Andorre en 2018, finisher

- avec un temps de 14h28.

- Villars 60 en 2017 (course reliant Villars

- à Montreux), finisher en 15h.

- 100 km de Bienne en 2018, finisher avec

- un temps de 13h52.

- Redbull 400 Courchevel (ascension du tremplin

- olympique), qualification en 5'21''.

Projets et prochaines participations

Les prochains rendez-vous sont le Nendaz Trail et la Swisspeaks 45. C'est un trail de 45 km qui aura lieu dans la région du Chablais. «C'est toujours un sentiment unique et particulier de courir dans sa région, confie Léo Berdoz. Je me réjouis. Je retenterai également l'ascension du Cervin que j'ai dû abandonner à 3'900 mètres à ma première tentative pour des raisons météorologiques. J'ai encore tellement à faire, à apprendre. Je me réjouis des défis qui vont se présenter à moi.»

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio