Télécharger
l’édition n°913
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le Cully jazz accablé de plaintes

Bourg-en-Lavaux Quelque trente riverains font part de leur ras-le-bol quant au festival printanier. Nuisances sonores, incivilités nocturnes, WC à ciel ouvert et stationnements sauvages sont en cause. Parmi les solutions proposées, la limitation des horaires pour les concerts en extérieur, des tournées de nettoyage en fin de soirée et un numéro d'urgence pour signaler les déprédations. Les habitants seront informés de ces mesures avant la fin de l'année.

Les nuisances liées aux concerts en extérieur figurent parmi les nombreuses critiques des habitants de Cully. T. Sencur

Daniella Gorbunova

Le Cully Jazz et ses riverains ne font pas bon ménage. Après la dernière édition du festival, terminée le 21 avril, environ trente plaintes d'habitants ont été déposées auprès de la Municipalité. «C'est la troisième année consécutive que les gens se plaignent. Le festival grandit, il y a toujours plus de monde et cela finit forcément par déborder un peu», observe Jean-Pierre Haenni, syndic de Bourg-en-Lavaux. Ces blâmes portent principalement sur les nuisances des concerts en extérieur et sur les incivilités nocturnes de certains visiteurs. En tout, quatre lettres ont été envoyées, deux individuelles, une signée par onze personnes et la dernière, dont Le Régional a obtenu copie, émanant d'un collectif d'une quinzaine d'habitants. Leur principale doléance porte sur le «manque criant» de toilettes sur le site du festival. «Notre quartier est transformé en d'immondes WC à ciel ouvert, des personnes se soulageant partout, pénétrant même dans les cages d'escaliers et les jardins, pestent ces riverains. Nous avons appris avec stupeur d'un musicien jouant depuis plusieurs années au festival Off que le sentier Ramuz est recommandé entre habitués comme site de remplacement lorsqu'il faut faire la queue pour aller aux toilettes».

Nuisances sonores

Autre grief, les performances sous tente produiraient un bruit conséquent. Ce que Guillaume Potterat, membre de l'organisation du festival, considère comme inévitable: «En dix ans, nous avons réalisé de grands progrès techniques au niveau des nuisances sonores. Il serait actuellement difficile de faire mieux», estime-t-il. La gestion des véhicules serait également un problème pour les voisins de la manifestation. Les habitants du village critiquent le manque de places, qui pousse les festivaliers à venir se garer sur des parkings réservés aux locaux.

Des mesures pour 2019

Ces doléances sont prises au sérieux. Ce 20 août s'est tenue la troisième assemblée entre Municipalité et organisateurs du festival. Première mesure annoncée: «La fin des concerts sous tente sera avancée d'une heure», informe Jean-Yves Cavin, du Cully jazz. Autres promesses: il y aura des «chuteurs» dans les rues (réd: des pacificateurs dont la mission sera de sensibliser les festivaliers aux problèmes de bruit), des tournées auront lieu à la fermeture pour les nettoyages et un numéro d'urgence permettra aux habitants de signaler d'éventuelles déprédations.» Guillaume Potterat ajoute que le festival reste, selon la police, exemplaire au niveau des nuisances et des dégâts. Le 20 novembre, une séance d'information sera organisée à l'attention des riverains, qui seront tenus au courant des mesures prises.

Date:23.08.2018
Parution: 913

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio