Télécharger
l’édition n°913
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« La Vièze est notre mini Rhône 3 »

Monthey Le dossier de sécurisation de la Vièze est à l'enquête publique depuis le 17 août. Visant à protéger les riverains et le site chimique d'une potentielle crue centennale, ces aménagements permettront en outre à d'autres projets d'aller de l'avant. Investissement: 19,5 mios

Gilles Cottet (à g.) et Patrick Fellay en amont du tronçon à sécuriser.

Textes et photo: Valérie Passello

«Le réaménagement de la Vièze va débloquer en cascade des dossiers qui sont tous étroitement liés», avance Gilles Cottet, municipal montheysan des infrastructures, de la mobilité et de l'environnement. C'est dire si le dossier mis à l'enquête publique le 17 août est stratégique. L'élu énumère: «Les travaux comprennent, entre autres, la reconstruction du Pont Rouge des CFF, qui lui-même est en lien avec la création du Terminal rail-route. Le terminal actuel sera ensuite démonté et la Place de la gare pourra être réaménagée. Ceci permettra le déplacement de la ligne AOMC, la création d'un barreau routier au nord de Collombey, qui passera sous le site de Gessimo, puis la création d'un nouveau pont sur le Rhône à hauteur de la SATOM.» Au total, les projets évoqués représentent «entre 250 et 270 mios d'investissements», selon l'élu.

Le chantier de sécurisation de la Vièze, devisé à 19,5 mios, concerne le tronçon allant des gorges de la rivière jusqu'à l'embouchure du Rhône. En clair, toute la traversée de la cité. Le président de Monthey Stéphane Coppey s'en réjouit: «Vingt ans d'études ont été nécessaires pour élaborer ce projet, qui est un peu notre mini Rhône 3. Les mesures prévues permettront d'assumer une éventuelle crue centennale et même davantage. De plus, elles supprimeront les contraintes liées au cours d'eau, notamment dans les zones à bâtir et sur le site chimique, dont la quasi-totalité est aujourd'hui en zone rouge sur la carte des dangers.» À l'heure actuelle, toute construction doit faire l'objet d'une analyse locale de danger et être adaptée aux risques potentiels. À terme, seul un risque résiduel subsistera sur la rive droite en cas de crue extrême, le danger zéro n'étant jamais assuré.

Rehaussement et élargissement

En amont du pont CFF, soit dans les zones constructibles, les aménagements consisteront à rehausser les rives et à approfondir le lit de la rivière. Le chef du service concerné, Patrick Fellay, ajoute: «Nous taillerons en biseau le tablier des ponts, afin que l'eau s'engouffre plus facilement au-dessous en cas de crue.» En aval, le lit sera creusé d'environ un mètre et le cours d'eau sera élargi de vingt à trente mètres. Ce tronçon sera plus proche d'une configuration naturelle, permettant aux truites de remonter la rivière jusqu'au Nant de Choëx, ce qui est impossible actuellement. Le lieu sera en outre propice aux balades et l'accès à la rivière sera plus facile.

Les travaux seront réalisés en plusieurs phases dès 2020 ou 2021, si des oppositions ne viennent pas retarder le projet. Ils dureront quatre ans et commenceront au niveau du Rhône, pour remonter jusqu'aux gorges de la Vièze.

Date:23.08.2018
Parution: 913

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio