Télécharger
l’édition n°913
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Je serai directeur de MétéoSuisse »

Collombey-Muraz Du haut de ses 16 ans, Robin Métrailler partage sa passion de la météo sur une page facebook qui compte près de 7'500 abonnés. Déterminé, il met tout en œuvre pour en faire son métier.

D'aussi loin qu'il se souvienne, Robin Métrailler a toujours scruté le ciel.

Texte et photo: Valérie Passello

Le ciel est incertain, vous hésitez à aller faire des grillades au bord du lac ou à vous aventurer en montagne pour une randonnée? Un coup d'œil à la page facebook «Météo Robin» et vous voilà fixés. C'est qu'il en connait un rayon, Robin Métrailler. Ce Collombeyroud de 16 ans est fasciné par les phénomènes météorologiques: «Depuis que j'ai quatre ou cinq ans, tous les livres que je lis ou les documentaires que je regarde parlent de météo. Je n'arrive pas à expliquer pourquoi, mais c'est ma seule passion», confie-t-il.

C'est d'ailleurs une évidence, il compte en faire sa profession. Et logiquement, il vise le ciel: «Je veux devenir directeur de MétéoSuisse», lâche le jeune homme, non sans un certain aplomb. Les bureaux de l'Office fédéral de météorologie et de climatologie ne lui sont pas étrangers, puisque Robin Métrailler y effectue des stages régulièrement depuis cinq ans déjà. Quant à son chemin jusqu'à ce Graal, il est tout tracé, ajoute-t-il: «Je suis entré au collège à Brigue afin de suivre mes études en allemand. C'est difficile, mais ainsi je n'aurai pas à apprendre cette langue plus tard. Ensuite j'aimerais étudier la météorologie à l'EPFZ. J'en ai encore pour dix ans.»

Une passion dévorante

Le 8 juin 2017, Robin Métrailler lançait sa page facebook «sur un coup de tête», dit-il. «À l'époque, j'enviais les gens qui avaient 700 fans sur leur page», sourit l'étudiant. Aujourd'hui, près de 7‘500 personnes sont abonnées à «Météo Robin», réagissant à ses bulletins et alertes météo, posant des questions, partageant les vidéos qu'il poste. «Cette page me prend beaucoup de temps. Je reçois des centaines de messages par jour et j'essaie de répondre à tout le monde, quand c'est possible.» Les abonnés viennent majoritairement du Chablais ou de la Riviera, mais des demandes concernant l'Italie, l'Autriche ou le Sud de la France lui sont aussi parvenues.

Si le ciel bleu l'ennuie, Robin Métrailler avoue une nette préférence pour les «phénomènes violents», comme les fortes chutes de neige du 10 décembre 2017 dans le Chablais, par exemple: «Quand il neige, je n'arrive pas à fermer l'œil!» Il se plaît aussi à imaginer des scénarios: «Si les violents orages de Sion, le 6 août, s'étaient produits dans le Chablais, les conséquences n'auraient probablement pas été les mêmes, tout dépend de la topographie des lieux», considère-t-il.

C'est certain, pour Robin Métrailler, qui s'intéresse aussi au réchauffement climatique et à son impact à plus ou moins long terme, parler du temps n'a rien de banal. Souhaitons-lui d'atteindre son but et de pouvoir, un jour, alerter des millions de personnes à la survenue de perturbations météo.

Date:23.08.2018
Parution: 913

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio