Télécharger
l’édition n°914
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Sans bénévoles, les aînés vont passer à la caisse

Oron Le groupement des bénévoles d'Oron-Mézières risque de disparaître. La société qui existe depuis une trentaine d'années sert essentiellement à trouver des chauffeurs volontaires – selon leur disponibilité - pour aider les personnes âgées à se déplacer.

Jusqu'alors, la société des bénévoles d'Oron-Mézières a toujours réussi à trouver de nouveaux volontaires.DR

Valérie Blom

«Dans notre région, c'est difficile. Les gens sont de plus en plus seuls.» Pierre Carera est las. Président du Groupement de bénévoles Oron-Mézières, il désespère ne pas trouver de nouveaux volontaires. «Pour bien faire, il nous faudrait une dizaine de chauffeurs supplémentaires», détaille-t-il. Sans compter le remplacement de deux éléments importants; la secrétaire et la coordinatrice, qui souhaiteraient pouvoir transmettre le flambeau.

Le futur sera-t-il le taxi?

Si le nom de l'association est plutôt général, la mission est celle de conduire des personnes âgées vers le médecin, à l'EMS pour dîner ou aux magasins. Il n'y aucune obligation; après que le Centre médico-social (CMS) a transmis une liste des transports à effectuer, le coordinateur se charge de trouver des chauffeurs disponibles. Le CMS collabore régulièrement avec les bénévoles, et tente également de trouver des solutions à ce problème d'effectifs. «La Municipalité oronaise a souligné notre importance et elle ne sait pas comment nous remplacer si nous venions à disparaître», note le président. Sans leur présence, il faudrait faire appel à des taxis ou à d'autres services de transport payant. La solution pourrait s'avérer être onéreuse pour les personnes âgées.

Le bénévolat, toujours à la mode?

Pierre Carera se demande si pareille stratégie est encore «dans le coup». Lors de son dernier appel aux vocations, il avait pu recruter plusieurs personnes. Là, son téléphone semble demeurer bien silencieux. Il hésite à s'implanter sur les réseaux sociaux. «Nous pouvions compter sur le bouche à oreille auparavant. Et puis les gens se plaisent à rendre service. Dès 75 ans, nous exigeons le cours TCS que nous payons. Certains réalisent qu'ils ne peuvent plus conduire et sont souvent malheureux face à l'obligation d'arrêter.»

Date:30.08.2018
Parution: 914

Regroupé pour créer un réseau

Le groupement bénévole Oron-Mézières n'est pas le seul du canton. Il est regroupé sous la faîtière Bénévolat-Vaud. L'entité résulte de la fusion de l'Association des services des bénévoles vaudois et de celle de centre d'appui à la vie associative (AVEC). Le but est de mettre en relation les organisations qui ont besoin de bras avec les bras en question. Le Groupement des bénévoles Oron-Mézières en fait partie. L'organisme faîtier recense néanmoins toute sorte de sociétés, allant de l'entraide familiale à du développement renouvelable, en passant par des ludothèques ou les passeports vacances.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio