Télécharger
l’édition n°915
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Dix ans pour n'arriver à rien !

Electricité Après dix ans d'études, contre-études, demandes de permis, batailles et autres énergies dépensées, la cause est entendue: la construction d'une mini centrale hydroélectrique sur la Paudèze est abandonnée. Cette installation aurait permis d'alimenter environ 180 ménages.

Les eaux de la Paudèze auraient pu alimenter une minicentrale hydroélectrique.DR

Nina Brissot

Tout était parti dans l'enthousiasme. C'était en 2008. Les Communes de Pully, Paudex et Belmont s'étaient entendues pour aménager ensemble une centrale hydroélectrique sur la Paudèze. Cette installation aurait permis d'alimenter environ 180 ménages, ce qui n'est pas négligeable. Cette centrale devait également servir à des buts didactiques pour sensibiliser les écoliers et les habitants au thème de l'énergie.

Oppositions écologistes

Tout a donc bien commencé par des études de faisabilité et d'avant-projet qui, en Suisse, exigent généralement un temps qui se calcule en années. Après ce hâte-toi lentement de rigueur, une enquête publique a pu être déposée en 2016 pour exploiter les eaux de la Paudèze et celles de la Chandelar pour les transformer en force hydraulique.

Le WWF et Pro Natura ont aussitôt brandi les arguments qu'une telle installation pourrait porter atteinte à l'écosystème. Les mesures d'accompagnements prévues par les communes pour préserver la biodiversité du cours d'eau n'ont pas suffi à convaincre les opposants institutionnels. Ils ont maintenu leur démarche, faisant perdre encore quelques années.

Loi défavorable

Pour tout arranger, une nouvelle loi fédérale sur l'énergie a fait son apparition le 1er janvier 2018. Loi qui ne soutient plus la construction de nouvelles installations hydroélectriques de petite envergure, ce qui est le cas de celle envisagée sur la Paudèze. Ce qui stoppe le projet comme plusieurs autres dans les Canton. Néanmoins, les trois communes ont pris langue avec la direction générale de l'environnement et avec Swissgrid qui, sur mandat de la Confédération, octroient ou non des subventions pour ce genre de projet. Les échanges ont permis de réaliser que les chances d'aboutir pour ce projet sont nettement inférieures à l'énergie qu'il faudrait déployer pout obtenir gain de cause. L'idée est donc abandonnée jusqu'à nouvel avis. Sur la signification du «nouvel avis» dans ce contexte, le municipal des travaux et services industriels de Pully, Marc Zolliker, philosophe: «On nous encourage à produire de l'énergie partout où l'on peut... ça reviendra. Durant la guerre on disait volontiers plantez des patates partout, même sur les terrains de football... Il suffit d'attendre et les choses iront dans un autre sens. Au moins les études seront déjà faites.»

Peut-être, mais au rythme de 10 ans pour n'arriver à rien, il faudra trouver d'autres sources d'alimentation.

Date:06.09.2018
Parution: 915

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio