Télécharger
l’édition n°915
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'Edelweiss de la dernière chance

Pays-d'Enhaut Château-d'Oex veut vendre pour un franc symbolique les installations de la Braye et pour 50'000 frs le restaurant sommital à la jeune association «Edelweiss Paradise», qui espère mettre en place un concept quatre saisons viable. Investissement nécessaire: 5,5 millions

Pour espérer un soutien cantonal, «Edelweiss Paradise» devra présenter un rapport de viabilité ainsi qu'un business plan réaliste pour ce domaine skiableDR

Valérie Passello

Un téléphérique, un télésiège, trois ski-lifts et leurs stations d'exploitation, le tout pour un franc symbolique. C'est à ce prix que la commune de Château-d'Oex cèdera les installations de la Braye à l'association «Edelweiss Paradise», constituée en juillet. Cette dernière rachètera dans la foulée Télé-Château-d'Oex SA (TCO SA), qui restera exploitante. La démarche vise à garantir la poursuite du ski dans le secteur, mais également à développer une offre quatre saisons (voir encadré). Ces opérations pourront être réalisées uniquement si le Conseil communal donne son aval le 13 septembre.

Le législatif devra d'abord se prononcer sur le transfert au patrimoine administratif des actifs de la Société de Remontées Mécaniques Château-d'Oex SA, dissoute en 1999. Cette dernière n'était jamais parvenue à équilibrer ses comptes et avait cédé son patrimoine immobilier à la commune, pour 3,2 mios. Autre objet à l'ordre du jour, la vente du restaurant situé au sommet de la Braye, pour 50'000 frs, ainsi que celle du capital-actions de TCO SA, encore en mains communales, là aussi pour un franc symbolique.

Le nouveau syndic damounais Eric Grandjean explique: «En 2017, la Municipalité, qui versait 350'000 frs par an à TCO SA, a décidé de ne plus soutenir financièrement les remontées mécaniques. Mais comme le comité d'administration en place est très motivé, nous avons souhaité ne pas lui mettre de bâtons dans les roues.»

Qui a 5,5 mios ?

En clair, l'avenir du ski dans le secteur devrait devenir une affaire entièrement privée. Le télésiège de la Braye a pu tourner l'hiver dernier grâce à des parrainages que TCO SA a réussi à rembourser à 90% à l'issue de la saison. Président de la société et membre d'Edelweiss Paradise, Didier Morier veut y croire: «Nous avons présenté notre projet à la population au début août et environ 240 personnes ont fait le déplacement, c'était bien au-delà de nos espérances. Si le Conseil communal nous suit le 13 septembre, nous nous attèlerons immédiatement à une recherche de fonds.»

Pour concrétiser le concept «Edelweiss Paradise», 5,5 mios sont nécessaires. Les travaux qui permettraient de renouveler la concession des installations pour 25 ans, échue à la fin 2018, sont devisés à 3,5 mios. La mise en place des activités estivales nécessiterait 2 mios supplémentaires. Eric Grandjean est beaucoup plus perplexe: «Cette somme est déjà énorme et elle servira à la mise en conformité des installations, mais on ne parle pas du coût d'exploitation. Renseignement pris, pour espérer un soutien cantonal, «Edelweiss Paradise» devra présenter un rapport de viabilité ainsi qu'un business plan réaliste. Or, quatre rapports ont déjà démontré la non-viabilité d'un tel projet. S'ils y arrivent, je leur dirai bravo, mais ce n'est vraiment pas gagné d'avance.»

Ouverture incertaine cet hiver

Encore plus que l'an dernier, les délais sont serrés pour trouver une solution qui permettrait de faire tourner les installations cet hiver. Déjà à l'arrêt cet été, le téléphérique de la Braye pourrait le rester. Didier Morier ne le cache pas: «Le planning qui nous est imposé par les réalités légales et économiques est très tendu. Nous nous donnons jusqu'à octobre pour savoir si l'exploitation tournera ou pas.»

Si l'heure n'est pas à l'amertume quant au choix de la Municipalité de se dessaisir des remontées mécaniques de la Braye, Didier Morier remarque tout de même: «Maintenant que nous devons entreprendre les démarches et déposer nous-mêmes les différentes demandes, nous découvrons qu'une Municipalité a un poids énorme. Nous nous sentons un peu esseulés. Au-delà des questions financières, nous réalisons l'importance d'un soutien politique et public.»

Date:06.09.2018
Parution: 915

Cap sur le tourisme quatre saisons

Le concept «Edelweiss Paradise» vise à attirer des touristes à Château-d'Oex, mais aussi à proposer une offre aux habitants et aux résidents secondaires tout au long de l'année. Quatre thèmes y seront déclinés, assortis de leurs sentiers dédiés: vivre à la montagne, découverte de la montagne, Edelweiss aventure et Edelweiss panorama. La mise à jour de l'offre actuelle est aussi prévue. Parmi les réalisations concrètes, relevons notamment la création d'une rivière d'edelweiss, d'un jardin alpin à l'arrivée du téléphérique, d'un labyrinthe et autres jeux sportifs, l'installation de télescopes avec réalité augmentée ou encore l'aménagement du rez-de-chaussée du restaurant sommital de la Braye pour la tenue d'activités d'intérieur. Selon les porteurs du projet, doubler la fréquentation printanière, estivale et automnale permettrait de couvrir les frais de fonctionnement des installations.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio