Télécharger
l’édition n°916
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les VMCV dirigés par des «pots de fleurs» ?

Montreux En votant une résolution visant à auditer l'entreprise de transports publics, les élus souhaitent faire la lumière sur cette entité financée par les communes. Alors que des mesures sont déjà prises, se défendent ses dirigeants – audit financier et compensation des heures supplémentaires – de nouveau dysfonctionnements sont soupçonnés.

Parmi les nouveaux soupçons, la suppression de courses par rapport aux horaires fixés avec les communes. DR

Xavier Crépon

«Il est enfin temps d'éclaircir la situation des VMCV qui fait grand bruit dans les médias.» La présidente du PS Irina Gote annonce la couleur d'entrée ce 5 septembre, lors du dernier Conseil communal. Non seulement de nombreuses questions restent en suspens, mais de nouveaux problèmes de gouvernance et de gestion financière ont émergé depuis sa dernière interpellation. D'où son projet de résolution visant à auditer l'entreprise.

Avalanche de soupçons

«Est-il vrai que 12 chauffeurs auraient été remerciés en 2017, poussés vers la sortie avec des conventions de départ, interroge Irina Gote, qui préside également la commission des finances du législatif. Si on ajoute encore les coûts de formation pour l'engagement de nouveau personnel et les congés payés que cela représente, cela reviendrait à une facture de plus d'un million.» Alors même que la direction et le conseil d'administration chercheraient à faire des économies, rappelle l'élue. Laquelle soupçonne encore le recrutement de chauffeurs français à moindre coût, en remplacement de personnel local, l'achat et la restauration de bus rouillés non-conformes aux normes antipollution ou encore la suppression de courses par rapport aux horaires fixés avec les communes.

Face à cette avalanche de critiques, le municipal Caleb Walther, également président ad-intérim du conseil d'administration, temporise: «Nous venons de valider une série de décisions la semaine dernière. Certains points sont encore ouverts aujourd'hui et il est important pour moi de vous donner des informations à jour.»

Syndic à la rescousse

La Municipalité prend la défense de Caleb Walther, par la voix du syndic Laurent Wehrli: «Ces derniers mois, il ne ménage ni son temps, ni son engagement pour que cette entreprise puisse améliorer sa situation. Monsieur Walther a amené certains éléments, mais il est vrai qu'il n'a pas encore répondu à toutes les questions des interpellations. D'un point de vue purement juridique, nous devons avoir ces réponses avant le dépôt d'une résolution.»

Mais le couperet tombe. À une nette majorité – 45 oui, 19 non et 9 abstentions – les élus votent la résolution.

En clair, la Municipalité devra transmettre cette demande d'audit au conseil d'administration, qui décidera de sa suite. Cas échéant, un tel audit pourrait être mené soit par une société indépendante, soit par la Cour des comptes.

Rencontre avec le personnel

«L'acceptation de cette résolution est un acte politique fort, estime Irina Gote. Certes, des erreurs auraient été commises par la direction. Mais ne sont-elles pas aussi le fruit d'un conseil d'administration passif, laxiste, qui aurait eu la même fonction décorative que des pots de fleurs sur un balcon?» C'est pourquoi la socialiste demande un audit général, sur l'ensemble des instances dirigeantes. Caleb Walther voit les choses d'un autre œil: «Je prends acte de la résolution votée ce soir, mais un audit complet ne me semble pas être la meilleure des démarches. Plutôt que de désigner des responsables alors que les personnes concernées ne sont plus là, notre priorité avec la nouvelle directrice est de trouver des solutions pour que l'entreprise fonctionne au mieux et ceci le plus rapidement possible.» Certaines mesures ont d'ailleurs déjà été prises: mandater une société de conseil en gestion pour un audit financier; mise à zéro du solde négatif d'heures de travail au 31 décembre, en réponse à l'audit de l'Office fédéral des transports; hausse prévue des effectifs; élaboration de nouveaux tours de service. Et d'autres le seront prochainement, assure Caleb Walther: «Nous rencontrerons le personnel à la mi-septembre pour une première phase de dialogue et nous travaillons sur une amélioration de notre communication avec les Municipalités et les Conseils communaux des dix communes de la Riviera.» Les grandes manœuvres semblent avoir commencé.

Date:13.09.2018
Parution: 916

En images

Documents

Vidéo
Documents audio

Dans ce même dossier