Télécharger
l’édition n°916
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Métro, boulot... et chants d'oiseaux

vevey La compagnie de danse Reminox's présente «Respire», une fiction chorégraphique entre réalité urbaine et rêve éveillé, emmenée par de jeunes talents de Vevey, Lausanne et Aigle. Rencontre en pleine répétition.

De gauche à droite: Rémy Sciola, Christian Triventi, Yerainis Moreno, Mariano Capona, Léonilde Torrini, Marion Biollaz-Halil et Valérie Maury. DR

Priska Hess

«Ce n'est pas moi qu'il faut mettre en avant, mais mes danseuses et danseurs!», demande d'emblée Rémy Sciola, directeur artistique de la compagnie de danse Reminox's. Ce dimanche après-midi 2 septembre, il accueille avec sa troupe Le Régional au Loft, à la rue des Bosquets à Vevey, en pleine répétition de son nouveau spectacle, «Respire». Depuis presque 30 ans, le danseur-chorégraphe met un point d'honneur à travailler avec des artistes professionnels de la région. Reconnus, à l'instar de Valérie Maury, chorégraphe notamment de la Revue de Servion, et de Mariano Capona, fondateur de l'une des premières écoles romandes de Street Dance, mais aussi jeunes danseuses et danseurs en formation. «Dans notre canton, il y en a de très doués. Encore faut-il que quelqu'un leur donne leur chance sur scène! C'est ce qui me tient à cœur», souligne Rémy Sciola. La gracieuse et irradiante Yerainis Moreno, 19 ans, formée à l'école de danse Christine Koenig à Vevey, puis au Centre de formation professionnelle Arts à Genève, se réjouit: «J'ai déjà participé à plusieurs spectacles, mais c'est mon premier contrat d'engagement». A ses côtés, d'autres jeunes qui se sont gentiment fait un nom – Léonilde Torrini, 22 ans, époustouflant danseur-acrobate d'origine lausannoise, Christian Triventi, champion du monde de Poppin, et la danseuse-chorégraphe aiglonne Marion Biollaz-Halil.

Engagé, mais pas moralisateur

Ce nouveau spectacle, Rémy Sciola l'a voulu «un peu engagé, mais au 2e degré. C'est d'abord la création de fictions chorégraphiques et de divertissement qui m'intéresse, pas d'être moralisateur». S'il y aborde, comme souvent, des thématiques en lien avec la condition humaine, le dynamisme des chorégraphies, les choix musicaux originaux – la house music et le trip hop alternent avec des chansons de Michel Jonasz – et les touches d'humour évitent toute lourdeur. «Le rôle des artistes est de montrer, de dénoncer, d'amener le spectateur à réfléchir. Mais il ne faut pas rester figé sur les choses qui ne vont pas. Il faut les survoler et amener des solutions. Les gens doivent ressortir heureux du théâtre!», estime le chorégraphe. Trêve de discours. Il est temps de reprendre la répétition. Des chants d'oiseaux résonnent dans la salle, tandis que peu à peu un monde urbain se dessine, porté par la bande-son. Des citoyens, pressés et agités, surgissent l'un après l'autre, portable à la main. On entend la rumeur d'une ville...

Une histoire inspirée par la vie

De larges lamelles de tissu blanc suspendues, devenant tour à tour ville ou paysage champêtre grâce à des projections. Le décor est simple, mais fait son effet. En quatre tableaux, les sept danseuses et danseurs de la compagnie Reminox's emmèneront le spectateur dans un jeu de bascule entre les oppressions d'un monde urbain déjanté et la sérénité apparemment fugace de la nature et du rêve. «Nos peurs, nos rêves, notre avenir, la technologie, l'argent, les animaux, le repos et les vacances sont les thèmes qui ont inspiré Respire», énumère Rémy Sciola, avant de citer, rêveur, quelques paroles de l'une des chansons phares du spectacle, de Michel Jonasz: «Ce soir-là, les hommes politiques s'étaient fait la malle, ils avaient pris leurs claques et leurs cliques, on avait fermé la télé pour voir les étoiles, c'était une nuit magnifique... Tout est là.»

Date:13.09.2018
Parution: 916

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio