Télécharger
l’édition n°917
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Veytaux votera sur la fusion

Initiative La population se prononcera le 25 novembre sur un mariage avec Montreux. Pour ne pas interférer dans le processus, la Municipalité ne présente pas de contre-projet, ni de recommandation de vote. Une motion voulait englober Villeneuve dans la réflexion. Rejetée.

L'initiative a récolté plus de 300  signatures. E. Curchod

Xavier Crépon

En situation financière délicate depuis plusieurs années, Veytaux cherche des solutions. Une fusion avec sa voisine Montreux pourrait être le remède miracle. Dans l'air depuis plusieurs mois, ce rapprochement proposé par une initiative populaire vient d'être validé par le Conseil communal le 10 septembre.

L'alternative Villeneuve ?

«Nous voulons respecter le processus démocratique jusqu'à la fin, annonce la syndique Christine Chevalley. Ce projet de fusion vient de la population et nous ne voulons pas nous immiscer dans sa décision finale.» C'est parmi le législatif que le sujet fait débat, où quatre élus armés d'une motion demandent l'inverse: une recommandation de vote, assortie d'une étude comparative de convention de fusion avec Villeneuve. «Il nous paraît essentiel de pouvoir comparer différentes options avant de s'engager trop en avant dans une seule direction, argumente le motionnaire Jean-François Pilet. Nous ne sommes pas contre le projet avec Montreux, mais nous voulons que la population ait le choix.» Reprochant aux initiants d'aller trop vite en se préoccupant uniquement de l'aspect financier que pourrait amener ce rapprochement, les motionnaires s'opposent fermement à une réflexion qu'ils estiment «unilatérale et hâtive».

La balance penche du côté Montreux

Les auteurs de l'initiative désapprouvent. «Pas besoin d'alternative, les textes sont clairs et la population a démontré sa volonté avec plus de 300 signatures (réd: il en fallait 96)», assène Marianne Pezzuti. Selon eux, Montreux est le meilleur choix possible, Veytaux ayant développé avec sa voisine tout son tissu social, scolaire, culturel, sécuritaire et économique. «Tout est dirigé vers Montreux. Avec votre motion, vous ne cherchez qu'à faire diversion», accuse Olivier Gasser.

Très indécis après ces échanges émotionnels, les élus décident de rejeter la motion pour suivre la volonté de leur exécutif. Mais ce fut serré. Une seule voix a fait pencher la balance du côté des initiants (10 oui, 11 non, 5 abstentions).

Veytaux mal-aimée ?

Bon joueur, Jean-François Pilet semble accepter cette décision. «Le débat de ce soir a permis d'avoir un nouvel éclairage, mais je reste un peu déçu du choix du Conseil de ne pas prendre position. Montreux, ou du moins une partie de ses élus, n'ont pas forcément envie de fusionner avec nous.» Le motionnaire leur reproche un manque de considération à l'égard de Veytaux sur les réseaux sociaux. «On y retrouve des commentaires comme: ; ou encore:

«C'est loin d'être le cas, rassure son syndic Laurent Wehrli, contacté par Le Régional. Nous soutenons tous nos petits villages et il n'y a pas de misérables. Veytaux ne fera pas exception à la règle si la fusion est acceptée.»

Alors que l'alternative Villeneuve semble enterrée au vu du vote du soir, les motionnaires ne baissent pas pour autant les bras. «J'espère que notre Municipalité sortira bientôt de son mutisme et de sa position d'observation en organisant un débat contradictoire. Si ce n'est pas le cas, nous agirons de nous-mêmes en allant à la rencontre des veytausiens», promet Jean-François Pilet.

Date:20.09.2018
Parution: 917

Un chemin encore long

Un oui le 25 novembre ne sera pas forcément synonyme de fusion avec Montreux. Si l'initiative est acceptée par les veytausiens, les deux Municipalités remettront un rapport de fusion à leurs législatifs respectifs pour approbation. «Si l'aval est donné, la fusion devra encore être votée par les montreusiens d'ici à 2019-2020, explique Laurent Wehrli. Les élections des autorités de la nouvelle commune auront ensuite lieu en principe en 2021. Mais ce calendrier n'est pas fixe.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio