Télécharger
l’édition n°917
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les déchets reprennent le chemin des urnes

Monthey L'Alternative pour Monthey et une association de consommateurs lancent un second référendum pour combattre la taxe au sac qui vient d'être votée par le parlement de la ville. Leur principale revendication: un sac moins cher.

Pour les autorités, vendre le sac poubelle à 1,50 fr au lieu de 1,90 fr est une fausse bonne idée.DR

Valérie Passello

Un peu plus de 1'950 paraphes. Voilà ce que l'Alternative pour Monthey, avec l'appui d'une association de consommateurs, devra récolter d'ici au 13 novembre pour que les citoyens se prononcent à nouveau sur la taxe au sac. Pour mémoire, la première version du règlement sur les déchets, qui instaurait la taxe, avait été rejetée en votation populaire par plus de 70% des votants en novembre dernier.

Si des changements ont été opérés et que quelques remarques des opposants ont été prises en compte (voir Le Régional 916), l'Alternative pour Monthey ne se satisfait pas de la nouvelle mouture. À l'issue du vote du législatif le 10 septembre, plébiscitant l'objet, le conseiller général Alexandre Aviolat regrette: «Nos propositions, notamment celle de travailler avec un autre prestataire qu'Antenne Région Valais pour un sac moins cher, ont toutes été rejetées.»

Les référendaires souhaitent en outre que les bénéfices du service, au-delà d'un plafond de thésaurisation de 500'000 frs, soient redistribués aux citoyens durant l'année suivant le dépassement de ce plafond et qu'une filière de récupération des plastiques soit mise sur pied.

Sac moins cher, taxe plus élevée

Pour les autorités, vendre le sac poubelle à 1,50 fr au lieu de 1,90 fr, tarif pratiqué par toutes les autres communes du Valais romand, est une fausse bonne idée. Le président de la ville, Stéphane Coppey, détaille: «Le service concerné est autofinancé, donc si le sac est moins cher, il faudra automatiquement augmenter la taxe de base. De plus, un système propre à Monthey entraînerait une surcharge du service au niveau de l'administration et du personnel. Ce n'est ni logique, ni pragmatique.»

Avec la solution proposée par la Municipalité, 56% des recettes proviendraient de la taxe au sac et 44% de la taxe de base. Les quelque 5'000 tonnes annuelles de déchets ménagers récoltés actuellement devraient diminuer de 20%. Stéphane Coppey ajoute: «Il faut que les gens comprennent que ce n'est pas une révolution. Le Tribunal fédéral demande qu'au moins 50% des recettes proviennent d'un système incitatif, donc des sacs, en l'occurrence. Pour nous, il suffit de diviser l'ancienne taxe de base par deux et de rajouter les sacs. C'est une simple règle de trois.»

Date:20.09.2018
Parution: 917

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio