Télécharger
l’édition n°919
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un ambassadeur de paix

Montreux Avec l'orchestre de Chambre de Genève et deux solistes du Béjart Ballet, le violoniste Fabrizio von Arx invite ce 6 octobre les profanes à oser le frisson du classique, dans «Pas si classique». Entrée exceptionnelle à 15 frs pour les jeunes.

La rencontre entre L'Ange, un Stradivarius exceptionnel de 1720, et Fabrizio von Arx est un pont entre le Ciel et la Terre. DR

Magaly Mavilia

Dans l'aéroport de Genève, les smartphones se lèvent au-dessus de la foule. Les gens ont l'air si radieux que l'on se croirait dans un film américain. Instantanément, l'événement est retransmis sur les réseaux sociaux. Il faut dire que la scène n'est pas banale... L'avion a une heure de retard. C'est l'occasion pour une quinzaine de musiciens, dont Fabrizio von Arx et son Stradivarius, de célébrer les saisons de Vivaldi (à voir sur YouTube).

En partance pour Venise, Fabrizio von Arx a de quoi être ému. Son célèbre Stradivarius datant de 1720 va être bénit par le Cardinal Ravasi, président des Conseils pontificaux pour la culture, l'archéologie sacrée et le patrimoine culturel de l'Église. C'est la première fois qu'un violon reçoit un tel sacrement d'un corps aussi haut. En référence à la mission de paix et d'harmonie qui lui a été assignée, l'instrument s'appellera désormais L'Ange, parce que la musique est un pont entre le Ciel et la Terre, nous dit le violoniste.

Acte social

Cette consécration historique l'est pour une «mission bien concrète» dévolue à l'instrument par son acquéreur, Olivier Plan: «Rendre la musique classique accessible au plus grand nombre». «C'est un acte social. Un acte de paix et de reconnaissance pour la beauté créée par l'homme», s'émeut Fabrizio von Arx qui aura le privilège d'en jouer pendant dix ans. Montreux est la deuxième escale de cette épopée insolite. Le violoniste y sera accompagné par Elisabeth Ros et Julien Favreau, les deux derniers danseurs à avoir été formés par Maurice Béjart et qui «partagent la même philosophie», explique Pierre Smets, de la Saison culturelle de Montreux. «Pas si Classique» n'est ni un spectacle de danse, ni un concert classique-classique. C'est totalement nouveau et rafraîchissant».

Date:04.10.2018
Parution: 919

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio