Télécharger
l’édition n°920
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Ça roule pour le nouveau skatepark urbain

La Tour-de-Peilz Inauguré le 22 septembre, l'espace devant le collège des Marronniers séduit les fous de planche à roulettes de la commune et au-delà. Le lieu réunit ce sport et son terrain de jeu originel: la ville, ses bancs, ses escaliers et ses trottoirs. La fin d'un feuilleton long de sept ans.

Fabio Jimenez (à g.) et les membres de l'association de skateurs «La Méclette» sont à l'origine du projet. F.Jimenez

Amit Juillard

Sur les nouvelles structures en granit accolées au collège des Marronniers, des traces de planches à roulettes. Au centre de la cour, sur un bloc de béton cerclé d'arêtes en inox, une femme assise en tailleur, un livre à la main. Des enfants font des sauts en trottinette. Ils ont congé, c'est mercredi après-midi. L'un d'eux tombe, s'ouvre le menton. Mais son père veille au grain. Les skateurs débarquent à la sortie des bureaux. Depuis la rentrée scolaire à La Tour-de-Peilz, le même ballet se répète par beau temps. La ville tient son nouveau skatepark urbain. Ou plutôt sa «zone d'urban skate». L'inauguration officielle s'est tenue le 22 septembre. Ici pas de grillages ni de rampes. Le sport de rue côtoie les pique-niqueurs, les passants. Les blocs de béton et de granit servent de bancs comme de barres de slide. «Quelqu'un qui arrive ici n'a pas la perception d'un endroit dédié au skate», se réjouit le syndic PLR Alain Grangier en traversant la place.

« Lieu unique au monde »

A l'origine du projet, l'association de skateurs «La Méclette». Au bout du fil, Fabio Jimenez, membre-fondateur, est enthousiaste. «Dans le monde entier, un spot comme les Marronniers n'existe pas. Ou alors il nous est interdit. Les Genevois, les Neuchâtelois, les Lausannois qui viennent ici le disent: c'est un endroit inouï! Ailleurs, ils prennent des amendes.»

Sur Instagram et Youtube, les photos et les vidéos de ces fous de planche ont déjà pour décor leur nouveau terrain d'expression. «Pour filmer, c'est bien. Dans un skatepark traditionnel, c'est structuré. Ici, on voit les gens qui traversent en arrière plan. Bien sûr, nous faisons attention, le but n'est pas de leur briser la cheville», rigole-t-il. Réinvestir l'espace public, c'est aussi un retour aux sources. «Les rampes, c'était il y a 20 ans. Et au départ, le terrain de ce sport, c'est la rue, les trottoirs, les escaliers. Nous avons voulu lui redonner ses lettres de noblesse.»

Epilogue d'un feuilleton

Pour en arriver là, le chemin a été long. Tout commence il y a 7 ans lorsque la motion de Christiane Rithener (PS) pour un skatepark est acceptée par le Conseil communal. En 2014, la Municipalité présente son premier projet: le «skate plaza» doit être installé dans le parc Roussy pour 600'000 frs. Levée de boucliers: une quarantaine d'oppositions lors de la mise à l'enquête et une pétition de 2000 signatures. Fabio Jimenez avait déjà pris part à l'élaboration de ce concept abandonné. «Avec le recul, ça aurait été chouette, mais beaucoup trop gros pour La Tour-de-Peilz. Les opposants ont quand même bien fait.»

Obligée de revoir sa copie, la Ville jette son dévolu sur la cour du collège. Elle fait appel à Fabio Jimenez et ses potes au début de l'année 2017. Leur association à but non-lucratif voit le jour dans la foulée, en février. Fabio Jimenez, dessinateur en génie civil de profession, livre gratuitement à l'Exécutif un dossier quasi «clef en main», des plans à l'estimation du coût. Seules quelques retouches seront nécessaires.

«Quand j'ai vu ça, j'ai dit: «Mais c'est banco!», se souvient le syndic, le classeur du projet sur les genoux. Ce n'est pas un soulagement, mais un réel plaisir d'être arrivé à quelque chose qui plait à tout le monde.» Coût de l'opération: 286'000 frs. Y compris pour la rénovation d'un des deux terrains de basket. Subventionné à hauteur de 22'000 frs par le Canton et le Fonds du sport vaudois, il est désormais aux normes pour le sport scolaire. Aujourd'hui, Fabio Jimenez rêve déjà plus loin: organiser une compétition par an en août pour marquer l'anniversaire du lieu.

Date:11.10.2018
Parution: 920

Blonay inaugure aussi son skatepark

Un «bowl», sorte de cuvette en béton, et un parcours avec des obstacles à franchir en planche à roulettes, en rollers ou en vélo. Blonay a officiellement inauguré son nouveau «Castle Park» le 21 septembre dans le parc Mon-Foyer, à l'entrée du village (photo: S. Culand/commune de Blonay). «C'est un endroit merveilleux qui connait une très forte fréquentation depuis début juillet», se réjouit Olivier Martin, syndic PLR. Coût des travaux: 360'000 frs. La commune de Saint-Légier s'était retirée du projet en raison d'autres priorités financières. Une association de jeunes des deux villages participe à assurer la bonne utilisation du site.

Non au BMX

La Municipalité a dû réagir. Le panneau établissant les règles d'usage de la nouvelle zone de skate interdit désormais la pratique du BMX. «A cause des barres en métal de part et d'autre des roues de ces vélos, le granit casse», explique le syndic Alain Grangier, le doigt pointé vers un bloc détérioré. Ce sont les membres de «La Méclette», concepteurs de la zone d'urban skate, qui ont averti la Commune. Mais ils ont aussi pris les devants: «Nous avons fait passer le mot à tous les BMXeurs que nous connaissons», assure Fabio Jimenez.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio