Télécharger
l’édition n°921
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Cette chère pollution

Pully Des quantités de cuivre provenant de soins aux vignes au début du siècle dernier ont gravement pollué les terrains des Boverattes. Les terres doivent être traitées avant construction d'un lotissement immobilier et la facture flirte avec le million.

Les futurs immeubles des Boverattes offriront 124 appartements à la location.DR

Nina Brissot

Propriété communale, le terrain des Boverattes voit sa partie Est démarrer une construction de 126 logements, dont 70% en logements pour les familles et 30% pour des seniors. Un accord de droit de superficie en faveur de la compagnie d'Assurance La Vaudoise Vie a été signé en janvier 2018 pour la totalité des 14'256 m2. Le permis de construire étant là, les travaux ont aussitôt commencé. Or une enquête imposée par le canton révèle que ce terrain a été pollué par des résidus de cuivre autrefois utilisé pour traiter la vigne. Estimation des travaux: 1 million. Qui doit payer? La Commune ou la compagnie d'assurance qui exploite ces terrains? D'âpres discussions ont été engagées entre les deux entités et se sont terminées à entière satisfaction, a répété à plusieurs reprises Lydia Masmejan, municipale, à la fin du dernier Conseil communal. L'accord porte sur un «nuss-nuss» (moitié-moitié). Chacun paiera un demi-million. A la condition toutefois que le Conseil communal suive la Municipalité sur cette dépense. Un préavis sera présenté dans ce sens au prochain Conseil.

Elimination de la terre

La découverte de cette pollution a entrainé un arrêt du chantier ce qui, évidemment, engendre des pertes financières importantes. Il était donc important de la traiter rapidement. Pour requalifier la terre polluée, il convenait de l'entreposer à proximité afin de la revaloriser sur site et la remployer une fois les travaux de construction terminés. La quantité de terre étant d'importance, il n'a pas été possible de trouver, à proximité, une parcelle assez grande pour permettre de l'entreposer. Tout comme il n'était pas possible d'utiliser sur place les techniques d'assainissement existantes. Après quelques semaines de recherches et à la nécessité de reprendre ce chantier, il a été décidé de complètement éliminer cette terre contaminée dans une décharge prévue pour cela. Les problèmes physiques et financiers étant réglés, le chantier a pu reprendre son cours rapidement et les premiers locataires pourront entrer dans les murs dès le 2e semestre 2020.

Date:18.10.2018
Parution: 921

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio