Télécharger
l’édition n°921
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Quel avenir pour le funiculaire fantôme ?

Montreux Plus de 25 ans après son arrêt, l'avenir du funiculaire de Territet - Mont-Fleuri n'est toujours pas fixé. Sa désaffection ou sa réhabilitation estimées comme trop coûteuses, la Municipalité proposera d'ici à la fin de l'année un préavis impliquant le lancement d'un concours d'idées. La gestion du dossier, ainsi que l'argent dépensé en études et subsides, sont critiqués.

Le funiculaire Territet - Mont-Fleuri hante les lieux depuis 1992.DR

Textes et photo: Xavier Crépon

«Gisant dans son cercueil d'herbes folles, année après année il demande son obole; fatalité ou hasard, la pièce se joue près de feu le théâtre de l'Alcazar; depuis vingt ans la question se pose, mais que faire de cette ligne à l'existence morose...»

Comme un goût amer

Voici les vers non pas de Prévert, mais de l'UDC Tal Luder. Le chef du parti montreusien s'indigne de la tournure que prennent les événements. Alors que trois études ont déjà été menées depuis 2009 (voir encadré), il reproche à la Municipalité son «laisser aller» dans la gestion de cette installation. D'autant que l'Office fédéral des transports presse aussi les autorités à se positionner sur ce dossier: réhabiliter ou supprimer. «Rien ne semble bouger dans ce couloir bloqué dans le temps et cette balafre qui ne sert à rien coûte chaque année à nos contribuables», s'emporte l'élu. Hors-service depuis 1992, le funiculaire qui reliait à l'origine les bâtiments de l'ex-Grand Hôtel de Territet à l'Hôtel Mont-Fleuri continue à être entretenu pour des raisons de sécurité. Au total, plus d'un demi-million de frais d'études et de subsides ont été utilisés pour déterminer ce qu'il faudrait en faire, mais aussi pour la survie de la SA propriétaire et pour les travaux annuels de fauchage et d'élagage. «Plus de 20'000 frs par année depuis 25 ans, ça fait beaucoup d'argent et de temps perdu. La gestion de cette installation est plus que questionnable. Ce n'est peut-être pas l'objet primordial de notre exécutif, mais placer le dossier dans un tiroir sans agir n'est pas ce que nous sommes en droit d'attendre de sa part.»

Liquider? Fausse bonne idée

«Il est clair qu'avoir cette SA à la charge de la commune n'est pas rentable.» Président du conseil d'administration et municipal de la mobilité, Caleb Walther justifie ces coûts par le rachat d'une entreprise endettée qui n'aurait pu survivre à l'époque sans une aide financière. «Mais pourquoi s'évertuer à la maintenir si sa ligne n'est plus fonctionnelle?», se demande alors Tal Luder. La liquider avant que son futur ne soit acté semble «prématuré», selon Caleb Walther. «La Commune aurait alors à sa charge l'entretien et la surveillance des parcelles et devrait également reprendre une dette de plus de 50'000 frs à son compte.» Quant aux critiques concernant le temps que prend ce dossier, le municipal les balaye. «Il ne faut pas oublier qu'il y a eu un changement de municipal entre les deux premières études et la troisième et nous sommes que deux à gérer ce cas. Il n'est pas prioritaire pour Montreux comparé à d'autres dossiers, mais cela ne veut pas dire que nous ne voulons pas faire avancer sa situation.»

De la chèvre aux jardins

La dernière étude étant bouclée depuis le début d'année, un préavis devrait suivre d'ici à fin 2018. «Nous présenterons ses résultats au législatif qui devra se prononcer sur son avenir. Nous proposerons de ne plus considérer la ligne comme étant dédiée aux transports publics ainsi que d'organiser un concours d'idées pour la remettre en valeur.», annonce Caleb Walther. Plusieurs perspectives germent déjà dans les esprits montreusiens, entre jardins communautaires, sentier pédestre, élevage de chèvres ou encore espace dédié aux concerts dans le tunnel.

Date:18.10.2018
Parution: 921

Les études et les estimations de coûts

2009: Détermination des coûts d'une réaffectation simple, 4 mios frs.

2010: Etude complémentaire pour déterminer le potentiel d'exploitation. Faible fréquentation espérée.

2014: Etude des différentes opportunités. Désaffectation 1,2 mio frs; réhabilitation 4 mios frs; réhabilitation et prolongement de la ligne jusqu'à la clinique de Valmont 8 mios frs. Coûts trop élevés selon la Municipalité.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio