Télécharger
l’édition n°922
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Dix millions pour bonne conduite

Villeneuve Les travaux destinés à valoriser les eaux de la Tinière ont débuté. La conduite actuelle sera remplacée, les captages rénovés, deux centrales de turbinage produiront de l'électricité et une unité d'ultrafiltration sera construite. Coût de l'opération: 9,4 mios.

Michel Oguey, la syndique de Villeneuve Corinne Ingold et Prudence Hounkpe (de g. à d.) sur la parcelle «Au Cimetière», qui accueillera bientôt l'unité d'ultrafiltration.

Textes et photo: Valérie Passello

L'investissement est conséquent, mais nécessaire. C'est d'ailleurs à la quasi-unanimité que le Conseil communal a validé le crédit de près de dix mios, le 12 juillet dernier, pour le remplacement de la conduite d'adduction d'eau potable de la Tinière, l'ultrafiltration de l'eau, ainsi que son turbinage sur deux paliers (voir encadré).

Le municipal des eaux Michel Oguey ajoute: «La mise à l'enquête n'a suscité aucune opposition et aucun recours n'a été déposé quant aux différentes adjudications.» Les travaux ont donc débuté à la mi-septembre, comme prévu. Une dizaine d'ouvriers en moyenne s'activeront sur ce chantier, qui durera jusqu'à l'été 2020. Son lancement officiel s'est déroulé le 18 octobre, en présence des autorités et entreprises mandatées.

Une eau de meilleure qualité

L'objectif principal est de traiter les eaux du vallon de la Tinière de manière à répondre aux normes en vigueur. Il y a 16 ans déjà, le Contrôle des denrées alimentaires du laboratoire cantonal indiquait qu'une ultrafiltration était «rendue nécessaire par les valeurs excessives mesurées pour la turbidité et l'oxydabilité de l'eau». C'est donc un système mécanique qui remplacera la chloration actuelle.

Les eaux captées à différentes sources en amont seront acheminées au lieu-dit «Au Cimetière» et traitées dans l'unité d'ultrafiltration à construire. Michel Oguey rappelle: «Un premier préavis avait été présenté à l'exécutif en 2002, pour le rachat à l'armée de cette parcelle, dans le but d'y construire une telle installation.»

Les captages seront, eux aussi, remis à jour et optimisés. Enfin, le remplacement de la conduite d'adduction, d'une longueur de 3,7 km entre la jonction des sources et le réservoir du Crêt, en plaine, représentera une grande partie du travail.

« Un potentiel à exploiter »

Le chef de projet, Prudence Hounkpe, du bureau BG-Ingénieurs-conseils SA, relève: «Grâce à ces travaux, la capacité de production d'eau potable de la commune va augmenter de près de 50%.» Michel Oguey reprend: «D'ici à dix ans environ, nos besoins en eau seront de 1,2 mio de mètres cubes par an. Nous souhaitons exploiter au mieux notre potentiel, car nous sommes dépendants de l'extérieur. Nous achetons beaucoup d'eau à l'Association intercommunale pour l'épuration des eaux usées et la distribution d'eau du Haut Lac.»

Selon l'élu, la production indigène future devrait s'élever à un million de mètres cubes par an, ce qui permettrait à la commune d'acheter moins d'eau et, de facto, de réaliser des économies.

Indirectement, ce chantier profitera aussi au réseau routier, fortement endommagé par les intempéries survenues entre 2006 et 2013. «La conduite d'adduction se situera, en majeure partie, sous la route, ajoute le municipal. Nous utiliserons le crédit obtenu à la suite des intempéries pour la réfection de la chaussée, après les travaux de valorisation des eaux de la Tinière.»

Date:25.10.2018
Parution: 922

De l'électricité pour 200 ménages

Afin de mettre à profit la différence d'altitude entre la chambre de rassemblement, qui se situe à 1'000 mètres et le réservoir du Crêt, basé à 475 mètres, deux mini-centrales électriques seront construites. La première turbine, de type Pelton, se situera à hauteur des installations «au Cimetière», bénéficiant d'une chute d'eau de 270 mètres. La seconde sera installée «En Crêt» 245 mètres plus bas. Pour un débit d'environ 50 litres par seconde, la production estimée de ces deux centrales est de 800 Mw/h, soit le potentiel d'alimentation de 200 ménages. L'électricité produite sera injectée dans le réseau électrique et le rendement financier annuel est estimé à 51'600 frs.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio