Télécharger
l’édition n°922
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Fabricants de cigarettes: la rechute

Quel mauvais remake que nous jouent les cigarettiers. Ils ont beau tenter, à coup de milliards de dépenses marketing, de nous faire croire qu'ils ont changé, plus personne n'est dupe.

Cette industrie qui, pendant des décennies, a menti sur les dangers du tabagisme tout en détenant les preuves du contraire; contesté la dépendance provoquée par la nicotine tout en manipulant génétiquement le tabac pour l'amplifier; augmenté la dangerosité des cigarettes en y ajoutant des substances addictives; truqué leurs teneurs en nicotine et goudrons; élaboré et vendu des appellations «light» trompeuses et des filtres toxiques; corrompu chercheurs, politiciens et médias pour promouvoir ses intérêts, propagé de fausses allégations afin d'empêcher toutes décisions de santé publique. Et j'en passe.

Avérées et condamnées, ces pratiques criminelles sont à l'origine d'une hécatombe. 100 millions de morts au 20e siècle, un milliard de morts au cours de ce 21e siècle si rien ne change, 7 millions de morts chaque année, près de 10'000 rien qu'en Suisse.

Et voilà qu'aujourd'hui, comme si de rien n'était, le numéro un mondial Philip Morris, siège à Lausanne, essaie de nous enfiler sa «Fondation for a smoke free world» (pour un monde sans fumée). Tout en continuant à vendre 850 milliards de cigarettes par an... Un enfumage visant à promouvoir ses nouveaux produits, IQOS en tête, prétendument sans fumée, donc moins dangereux. Objectif: obtenir des autorités que ces clopes high-tech ne tombent pas sous le coup de l'arsenal anti-cigarettes. L'enjeu est crucial, car les cigarettiers sont aux abois sur les marchés. Les titres de Philip Morris et British American Tobacco ont chuté d'environ 30% depuis juin 2017. Politiques antitabac, ventes en déclin, fumeurs en baisse et boom de la vaporette obligent.

Seulement voilà, non seulement ces nouveaux gadgets créent bel et bien de la fumée et sont potentiellement aussi nocifs que la cigarette – plusieurs récentes études universitaires l'avancent, dont une lausannoise – mais à ces nouveaux «trucs», l'industrie continue d'appliquer ses bonnes vieilles méthodes. Information orientée, publicité ambiguë, médecins sous influence, pressions sur les chercheurs, comme notre enquête le révèle (à lire ici). Le temps de l'impunité avait déjà cessé avec les grands procès contre les cigarettiers lancés fin des années nonante. Aujourd'hui, c'est le temps de la crédulité qui doit cesser.

Serge Noyer, rédacteur en chef adjoint

Date:25.10.2018
Parution: 922

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio