Télécharger
l’édition n°923
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Centrale solaire record

St-Légier Sur le toit du magasin Gétaz-Miauton, 2'764 panneaux photovoltaïques, la plus grande centrale solaire de la Riviera, fonctionnent à plein régime depuis la semaine du 15 octobre. Une production équivalente à la consommation électrique de 220 ménages.

L'entreprise utilise un tiers de la production des panneaux, le reste – correspondant à la consommation de  150 ménages – est injecté dans le réseau.DR

Amit Juillard

Dans la zone industrielle de La Veyre, le toit du magasin Gétaz-Miauton se pare de nouvel or noir. Hiver comme été, 2'764 panneaux photovoltaïques chinois s'y dorent la pilule, alignés comme des plagistes profitant de leurs congés payés. Leur espace bien-être s'étend sur 4'550 m2, soit l'équivalent d'un peu moins de quatre piscines olympiques. Coût total de l'installation: un million de francs.

En service depuis fin décembre, la plus grande centrale solaire de la Riviera fonctionne à plein régime depuis la semaine du 15 octobre. L'inauguration officielle se tient ce 1er novembre. L'entreprise utilise un tiers de la production électrique, le reste – correspondant à la consommation d'environ 150 ménages – est injecté dans le réseau.

Concept gagnant-gagnant

Dans les faits, la société met son toit à la disposition de Rochat Solaire, investisseur spécialisé basé à St-Légier, qui peut ensuite vendre de l'énergie propre. Un concept gagnant-gagnant, selon Jacques-Louis Rochat, directeur de Rochat Solaire. «Gétaz-Miauton ne voulait pas investir directement parce que ce n'est pas leur domaine, raconte-t-il. Mais ils obtiennent un pourcentage du revenu, entre 3'000 et 4'000 francs par année, et une protection contre une hausse des prix de l'énergie. S'ils augmentent au cours des 25 prochaines années, nous leur offrirons un tarif préférentiel.» La toiture a en outre été sécurisée et une nouvelle transformatrice installée, aux frais de Rochat Solaire. Résultat, il est possible de tirer 20 fois plus d'électricité qu'avant sur le site. Autre bénéfice: «Pour une entreprise, avoir une centrale solaire sur le toit, c'est aussi un gain d'image», argumente Jacques-Louis Rochat. Le responsable du projet étant absent, Gétaz-Miauton, spécialiste de l'habitat, n'a pas pu répondre aux questions du Régional.

Montrer l'exemple

Les autorités accueillent l'initiative positivement. «Nous ne pouvons que saluer ce projet de l'économie, qui utilise un secteur très bien exposé, s'enthousiasme Alain Bovay, syndic PLR de Saint-Légier. Si notre pays veut tenir le calendrier et sortir du nucléaire à l'horizon 2050, la contribution des entreprises est nécessaire.»

Un peu plus au nord, à Châtel-Saint-Denis (FR), Swisspor, firme active dans l'isolation, accueille depuis 2011 sur son bâtiment une station photovoltaïque presque deux fois plus grande. Mais relativise les bénéfices directs. «Economiquement, nous n'en tirons aucun avantage, mais ce n'est pas un inconvénient non plus, tempère Laurent Caillère, responsable marketing et développement durable. Le gain d'image est faible pour une entreprise active dans la construction. Nous l'avons fait par conscience environnementale. Nous nous devons de montrer l'exemple. Si tout le monde en faisait de même, la Suisse aurait moins besoin d'aller acheter de l'énergie issue du charbon en Allemagne.»

Date:01.11.2018
Parution: 923

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio