Télécharger
l’édition n°924
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Chauffer Lutry par la géothermie ?

Transition énergétique Une étude de faisabilité pourrait être menée sur le territoire du Bourg, où de nombreux bâtiments communaux, administratifs et privés sont encore chauffés au mazout ou à l'électricité.

Les forages de géothermie profonde permettent de produire de l'énergie électrique au moyen d'une turbine alimentée par de la vapeur. Adobestock

Nina Brissot

La loi révisée sur l'énergie, stratégie 2050, adoptée par le peuple en 2017 vise à réduire la consommation d'énergie et améliorer l'efficacité énergétique. A Lutry, le Bourg comprend de nombreux bâtiments communaux, administratifs et privés chauffés au mazout ou à l'électricité. Pour passer à autre chose, l'ingénieur PLR Philippe Mingard, également impliqué dans le projet alternatif de l'autoroute A9, suggère qu'une étude de faisabilité soit menée sur le territoire du Bourg. Elle comprendrait deux phases. La première par camion vibreur pour mesurer et définir l'opportunité d'aller vers la seconde phase, à savoir des sondages géotechniques de faible, moyenne et grande profondeurs. D'abord dans la région du Bourg, puis éventuellement ensuite dans certains quartiers des hauts de la commune et d'en vérifier son exploitation et à quel prix.

L'inconnue des coûts

Dans le développement de son postulat, au Conseil communal du 29 octobre, Philippe Mingard défend l'aspect souple de cette énergie renouvelable, la seule à pouvoir s'adapter aux variations saisonnières sans être tributaire des conditions météorologiques (soleil, vent) et ne nécessitant pas de stockage. L'élu souligne les progrès importants réalisés pour supprimer les risques sismiques en évitant le fractionnement de la roche. Son postulat précise que la géothermie profonde à 3'000-4'000 m, permettrait dans une première phase de produire de l'énergie électrique au moyen d'une turbine alimentée par de la vapeur à environ 120 degrés, puis dans une deuxième phase, d'utiliser la chaleur résiduelle à 80 degrés pour le chauffage et l'eau sanitaire en créant un réseau de distribution.

Reste l'aspect financier avec une question du PLR Philippe Sordet, qui demande si l'on peut chiffrer le coût de telles études. Personne n'a la réponse, mais le Conseil dans son ensemble moins une voix décide de renvoyer ce postulat à la Municipalité pour étude et rapport.

Date:08.11.2018
Parution: 924

Un refuge en forêt

Ce même soir, un deuxième postulat a été déposé par le Conseiller Guy Wolfensberger (groupe IVL). Après avoir constaté que Lutry possède plusieurs salles équipées et proposées à la population pour des rencontres, fêtes, groupes, toutes fermées et chauffées, il a constaté qu’aucun refuge forestier n’est proposé à la location.  Son postulat demande par conséquent à la Municipalité d’étudier la possibilité de mettre à disposition de la population lutryenne un refuge forestier pouvant être loué à des dates précises. Dans le développement il est fait allusion soit à une nouvelle construction ou à l’aménagement d’un édifice existant. En zone forestière il comprendrait des aménagements permettant d’intégrer des aspects pédagogiques et parcours didactiques. Le conseiller admet qu’il puisse être équipé modestement. D’emblée le syndic Jacques André Comme a fait savoir que la Municipalité accepterait ce postulat ce que le Conseil a voté dans son ensemble, moins une voix.

Silence on taxe !

A l'heure de décider si l'impôt va augmenter ou pas, autre sujet à l'ordre du jour ce soir-là, pas un son dans la salle. Mais ce n'est pas que les conseillers retiennent leur souffle. C'est tout simplement qu'ils savent qu'à Lutry, cette année encore, leur taux pour 2019 va rester un des plus bas du canton, à 55,5 points. Cette heureuse commune possède assez de trésorerie pour tenir la route face à la RIE III et à la péréquation, contrairement à bien d'autres communes qui se sentent englouties par ces taxes faramineuses comme c'est le cas à Paudex qui avait demandé une augmentation de 8 points et obtenu 6,5 points. Silence donc dans la salle à Lutry à la lecture par le président de commission Etienne Blanc, du rapport positif de la commission des finances et toutes les mains se sont levées avec une belle unanimité pour accepter de reconduire le taux d'imposition à 55,5 points.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio