Télécharger
l’édition n°924
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les socialistes voulaient plus d'impôts

Pully D'âpres négociations entre la commission des finances et la Municipalité ont montré qu'une hausse d'impôts pour 2019 rencontrerait un refus net par le Conseil. Plutôt que de jouer des coudes, la Municipalité a jugé plus sage d'attendre un an et la preuve tangible d'une nécessité. La gauche ne l'a pas entendu de cette oreille.

En termes d'impôts, la gauche parle d'années à venir catastrophiques. M. PerretDR

Nina Brissot

Les Pulliérans sont taxés à 61 points. Un taux qui n'a cessé de descendre depuis 2004, et ces 85 points, passant à 63 dans les années 2013 à 2015, puis deux points de moins dès 2016. Mais les choses changent, l'argent rentre moins facilement et le Canton est sorti de sa mauvaise passe financière en taxant de plus en plus les communes qui, elles, s'endettent et étouffent. Or voici que la RIE III, nouvelle imposition des entreprises, et la modification de la péréquation financière viennent perturber l'équilibre budgétaire des communes. Du moins de celles qui en ont les moyens ou, selon un argument souvent répété par ceux qui se sentent dépouillés, «celles qui ont une bonne gestion».

Selon les projections, Pully, qui n'est pas une ville industrielle, ne pâtira pas trop de la RIE III. Une estimation donne aux finances pulliéranes un manque à gagner de quelque 2,7 mios. Cependant, l'effort cantonal sur la péréquation et la facture sociale dépassent les 7 millions. Au cumul, entre la perte RIE III et la surcharge péréquative, Pully sera délesté de 9,7 millions en 2019. Tout ces points occupent le Conseil communal du 31 octobre.

Fallait pas baisser le taux

Première à ouvrir les feux, Anne Viredaz-Ferrari déplore n'avoir pas été entendue en 2015 lorsqu'elle recommandait de maintenir le taux à 63. «Nous sommes dans une situation critique, il est irresponsable d'attendre», clame la Verte. A quoi le socialiste Yassin Nour fait écho en rappelant que les socialistes s'étaient aussi opposés à la baisse et que le parti ne votera pas ce préavis. Il parle d'années à venir catastrophiques. Ce qui fait «presque éclater de rire», lance l'UDC Luc Jeanneret qui pourtant admet que oui, la ville va vers des années difficiles et que si l'UDC avait été entendu et que le canton avait baissé de 3 points ses impôts, cela aurait annulé la hausse communale. Et Luc Jeanneret de déplorer le bricolage du canton. Le PLR Richard Pfister rappelle avec fougue les promesses liées à la RIE III: que le bilan soit neutre pour les communes!

Après la litanie des «yavaika», des promesses non tenues et des coupables désignés, le syndic PLR Gil Reichen tente de calmer l'ambiance. «Bien sûr, nous allons vers des lendemains compliqués et le sujet est hautement émotionnel. Des mots inutiles comme irresponsabilité ou situation critique n'apportent rien. Actuellement, la situation est encore saine, il faut garder son calme. Nous ne pourrons pas cumuler des augmentations comme cette année, mais allons déjà pour un an. L'élaboration du budget n'est pas terminée. Elle montrera peut-être une marge d'autofinancement négative, il faudra alors prendre des décisions après cet exercice». Le soufflé une foi retombé, le président Jean-Denis Briod passe au vote. Les socialistes et une partie des Verts votent contre. Au final, le taux de 61 est maintenu par 50 oui, 26 non et 6 abstentions.

Date:08.11.2018
Parution: 924

L'Octogone s'offre un foyer neuf

Désuètes et ne répondant plus aux normes, les installations du foyer du Théâtre de l'Octogone doivent être revues. D'ailleurs, il fêtera sa quarantaine l'an prochain et n'a jamais bénéficié de gros changements. C'est donc pour une remise à neuf des espaces, de l‘électricité, des aménagements et une vraie peau neuve que le Conseil communal est sollicité à voter un budget de 1,2 million en chiffres ronds. La cause est d'emblée acquise car ce préavis ne soulève pas la moindre question ou demande et c'est d'une seule main que les élus votent ce budget.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio