Télécharger
l’édition n°924
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pont sur l'Eau-Froide, l'épilogue ?

Villeneuve Après onze mois de réflexion, les élus valident le crédit complémentaire de près d'un million destiné à enfin raccorder le pont sur l'Eau-Froide à la Rue des Remparts et à la Route de la Tronchenaz. Mais une association de citoyens ne l'entend pas de cette oreille. Polémique, sur fond de tout-ménage explosif.

Décidé à aller de l'avant, le législatif a massivement accepté le crédit complémentaire demandé.DR

Texte et photo: Valérie Passello

Va-t-il y avoir référendum? À Villeneuve, les paris sont ouverts, même si la syndique Corinne Ingold se montre plutôt sereine: «Nous ne pouvons pas exclure cette possibilité, mais une grande majorité du Conseil communal et des Villeneuvois souhaite que le pont sur l'Eau-Froide soit enfin raccordé au réseau routier.» C'est en effet par 36 oui, 3 non et 2 abstentions que le législatif s'est prononcé le 1er novembre en faveur d'un crédit complémentaire de 2,26 mios pour le Syndicat d'Améliorations Foncières des Fourches, dont 993'000 frs concernent le pont (voir Le Régional 882).

Non sans avoir débattu sur un point: la responsabilité du surcoût, encore à déterminer. La Municipalité a sollicité la justice de paix du District d'Aigle pour mener une expertise hors procès, dirigée contre le maître d'œuvre de la construction de l'ouvrage. Une démarche qui prendra du temps, d'où le souhait des autorités d'aller de l'avant avec le raccordement de la passerelle, terminée depuis environ une année déjà. Mais au sein du législatif, il reste quelques sceptiques. Le PLR Christophe Dubois estime: «Si nous votons avant le résultat de l'expertise, nous n'aurons plus de moyen de pression par la suite. Qui paie consent. Lorsque j'ai prêté serment, j'ai juré d'avoir toujours la vérité et la justice devant les yeux. Or, à ce stade, nous n'avons ni l'une, ni l'autre.»

Un tous-ménages explosif

L'argument des responsabilités à établir était l'un de ceux avancés dans un tous-ménages envoyé à la population par l'association de citoyens «Villeneuve à Venir», quelques jours avant cette séance du Conseil communal. Son objectif: inviter les membres du législatif à ne pas «voter docilement les crédits demandés». L'association y exprimait divers griefs contre la Municipalité, l'accusant de «refuser» de prendre des mesures sécuritaires et de restriction du trafic sur la Rue des Remparts, mais aussi de ne pas tenir compte de la volonté populaire exprimée lors du référendum du 8 avril. Avec cet argument: «La Municipalité, le canton et les VMCV comptent faire circuler les bus sur la Rue des Remparts aux heures de pointe, en cas de bouchon sur la route cantonale.»

«C'est absolument faux, tonne Corinne Ingold. Il est hors de question de dévier les bus aux heures de pointe. Par contre, si un grave accident venait à bloquer complètement la route cantonale, il faudrait bien que le bus passe quelque part. La Rue des Remparts est l'une des variantes évoquées, mais nous n'y sommes pas favorables.» Quant aux mesures envisagées pour la sécurité des piétons et la régulation du trafic de transit, la Municipalité les énumère dans sa réponse au postulat de Marie-Claude Pellet portant sur l'ensemble des rues communales à l'intérieur du Bourg.

Garanties demandées

Vice-président de «Villeneuve à Venir», Dominique Paccard promet: «Il y aura de toute façon une suite. Lancer un référendum est une procédure lourde, nous devons en discuter au sein du comité. Mais il y a d'autres moyens de réagir, comme une pétition par exemple.» L'association espère obtenir des garanties de la part de la Municipalité, ajoute-t-il: «Nous pouvons admettre que la première partie du tronçon aide au délestage de la circulation vers la zone industrielle. Ce qui nous gêne particulièrement, c'est le possible engorgement de la Place des Portes et de la fin de la Rue des Remparts. Nous souhaitons que les autorités nous fournissent un plan de circulation digne de ce nom.»

Sur ce point, la syndique précise: «Des comptages de véhicules ont été effectués et d'autres suivront l'ouverture du pont. En fonction de l'augmentation de passages constatée, nous prendrons les mesures adéquates, comme l'aménagement de ralentisseurs, l'élargissement des trottoirs ou autres. Mais limiter la circulation à 30km/h n'est pas une idée que nous retenons pour l'instant.»

Date:08.11.2018
Parution: 924

Commentaire: Dupont et Dupond

Dans les aventures de Tintin, les Dupondt, si semblables et pourtant différents, nous ont beaucoup fait rire. Dans les aventures de Villeneuve, l'affaire «Dupont»... sur l'Eau-Froide, prête elle aussi à sourire. Un ouvrage qui enjambe la rivière depuis des mois, mais que personne ne peut emprunter faute de raccordement routier, ça fait rire les voisins. D'autant qu'il coûtera près d'un million de plus que prévu. À qui la faute? Cela reste à déterminer, une expertise est en cours. De l'eau a coulé sous les ponts (sic!), les acteurs d'alors ne sont plus forcément les mêmes qu'aujourd'hui. Mais les protagonistes actuels de l'histoire, eux, rient beaucoup moins. Voilà que les «frères ennemis» reprennent du service, avec, d'un côté, les autorités et de l'autre, l'association «Villeneuve à Venir». Si semblables, ils poursuivent les mêmes objectifs. Désengorger le trafic au centre du Bourg, veiller à la sécurité et au bien-être des citoyens. Si différents, ils ne semblent pourtant jamais d'accord sur rien. Serait-il vraiment judicieux d'attendre encore des mois avant de sceller l'union de la route et de la passerelle? Le législatif a décidé, mais les citoyens n'ont peut-être pas dit leur dernier mot. Espérons qu'un jour, le pont du dialogue soit enfin raccordé entre les élus et «Villeneuve à Venir». Jusque-là, les voisins n'ont sans doute pas fini de rigoler.

Valérie Passello

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio