Télécharger
l’édition n°924
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

En parfaite harmonie

Art martial Avec deux médailles d'argent aux Championnats d'Europe de Taiji à Moscou en mai et deux autres aux Championnats du Monde à Burgas en septembre, l'année 2018 de Fanny Wang a été particulièrement bonne. A 43 ans, cette physiothérapeute indépendante de Châtel St-Denis se voue corps et âme pour sa pratique de cet art martial «interne», associant techniques martiales, médecine traditionnelle chinoise et philosophie taoïste, qui mêle le corps et l'esprit dans une parfaite harmonie. Un sport mal connu dans nos régions, cousin du Tai-chi-chuan (qui lui se pratique sans armes), que cette habitante de Châtel St-Denis tente de promouvoir à travers son Association Romande de Taiji.

Fanny Wang est revenue des Championnats d'Europe de Taiji à Moscou avec deux médailles d'argent

Jonathan Corbillon

Probablement dû à la complexité de sa nature primordiale, le Taiji demeure un véritable mystère pour une bonne partie des sportifs de notre région. De la même famille que le Tai-chi-chuan, qui se pratique à mains nues, le Taiji ressemble à un savoir ancestral des techniques martiales, associé à des préceptes de médecine traditionnelle chinoise et de philosophie taoïste. Un amalgame qui provoque bien souvent des incompréhensions et qui empêche ses pratiquants de le comprendre dans sa globalité. Découverte en compagnie de Fanny Wang.

La question que tout le monde se pose est: mais qu'est-ce que le Taiji?

> C'est un art martial chinois, dit «interne». Historiquement, la légende retient comme fondateur du Taiji, le taoïste Zhang San Feng (né en 1247), expert en arts martiaux et qui se serait retiré en solitaire dans la montagne. Un jour, en assistant à un combat entre une grue et un serpent, il aurait fondé un style reproduisant les ondulations de ce combat. Au fil des années, les grands maîtres en Taiji y ont ajouté des éléments de médecine et de philosophie pour en faire une véritable méditation en mouvements lents et fluides, où l'esprit habite si pleinement le geste, qu'il nous plonge dans un état proche de l'hypnose. Le Taiji fait circuler dans le corps l'énergie vitale, appelée «Qi». Il exige également une introspection de sa personne en toute honnêteté, qui permet ensuite «de laisser entendre la musique de son âme derrière chacun de nos gestes». Le Taiji se pratique soit à mains nues, soit avec une arme, telle l'épée, le sabre, le bâton, etc.

Comment avez-vous découvert cet art martial?

> Mes premiers contacts avec le Taiji remontent à l'année 2000, mais à part quelques stages avec des maîtres chinois, je l'ai vraiment pratiqué en tant qu'autodidacte pendant de nombreuses années. En 2015, j'ai rencontré mon maître actuel, Rong Jun, qui est entraîneur de l'équipe nationale suisse. Depuis lors, mes progrès ont été fulgurants. J'ai débuté la compétition en septembre 2017 et obtenu deux mois plus tard deux médailles d'argent au Championnat suisse. En mai 2018, je suis devenue vice-championne d'Europe à Moscou, dans deux catégories: à mains nues et avec arme. Sur ma lancée, j'ai terminé cette année de compétition avec deux médailles d'argent au Championnat du Monde en Bulgarie (25 sept au 2 oct)» poursuit la physiothérapeute, à propos de son sport.

Au quotidien, que vous apporte la pratique de ce sport?

> La pratique régulière du Taiji entretient souplesse, équilibre et force musculaire, mais c'est surtout que cette pratique produit également un véritable massage des organes internes, tels que le foie, les reins ou les intestins. Pour moi, par-dessus tout, le Taiji m'apporte une profonde sérénité et une harmonie entre le corps et l'esprit. Après une pratique régulière, on constate rapidement un renforcement des jambes, un assouplissement des articulations et une meilleure respiration. Des études montrent que le Taiji améliore la concentration, apporte une meilleure estime de soi et améliore la gestion du stress.

Date:08.11.2018
Parution: 924

Fanny Wang : portrait

- Profession : physiothérapeute,

fondatrice de l'Association Romande de Taiji

- Vie privée : mariée, deux enfants

- Palmarès : 2 médailles d'argent

aux Championnats Suisses (2017)

2 médailles d'argent

aux Championnats d'Europe à Moscou (2018)

2 médailles d'argent

aux Championnats du Monde à Burgas (2018)

Le Taiji, en Suisse romande

Ce sport est relativement mal connu dans nos régions. Dans le but de mieux faire connaître et développer le Taiji en Romandie, Fanny Wang a créé durant l'été 2016, l'Association Romande de Taiji ART. «Mon souhait est de pouvoir rassembler les pratiquants et toutes les personnes intéressées par cet art, dans un mouvement commun de partage de nos connaissances et expériences, explique-t-elle. L'Association ne compte pour le moment que peu de membres (une quinzaine environ), car ces 2 années ont été la phase préparatoire... j'espère que l'avenir verra l'envol de cet art accessible à tout public!»

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio