Télécharger
l’édition n°925
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Halte aux déchets sauvages

Monthey Alors que le sac taxé va entrer en force – le referendum n'ayant pas abouti – une réflexion est en cours afin de limiter l'abandon de déchets, notamment les mégots de cigarettes, sur la voie publique.

Les autorités montheysannes sont unanimes: trop de déchets, notamment des mégots, finissent leur course sur le pavé.

Textes et photo: Valérie Passello

«Il y a trois éléments que l'on retrouve systématiquement par terre dans cette ville: les tickets de parking, les mégots et les chewing-gums», énumère Célina Contat, de l'Alternative pour Monthey. L'échec de son groupe dans la récolte de signatures pour un référendum sur la taxe au sac est encore tout frais (voir encadré), mais la conseillère générale reprend les armes contre les déchets, sauvages, cette fois-ci. «Les tickets de parking seront bientôt digitaux grâce au téléphone portable, mais nous pourrions mettre en place des mesures de prévention pour les mégots», suggère-t-elle.

Dans un postulat développé le 12 octobre, elle invite la Municipalité à mener une campagne à peu de frais, soit environ 6'000 frs, par exemple en distribuant des cendriers de poche -qui pourraient aussi recueillir les chewing-gums – ainsi que des papillons d'information ou des banderoles. Si son idée recueille le soutien de la majorité du plénum, le PLR et le PDC estiment toutefois que ladite campagne ne devrait pas se concentrer uniquement sur les mégots, mais sur les déchets sauvages en général.

«Verbaliser, pourquoi pas?»

Le municipal de l'environnement Gilles Cottet répond: «C'est un fait, 65% des mégots finissent dans la nature. Mais l'on sait aussi que la multiplication des poubelles ne résout pas le problème. Quant aux cendriers portables, les stations de ski en distribuent depuis des années, mais leur utilisation reste marginale.» Selon l'élu, une campagne de sensibilisation sur les déchets sauvages, au sens large, est en cours de préparation, à l'instar de ce qui a été mis en place dans d'autres villes, comme Lausanne ou Vevey.

S'adressant à la postulante, Gilles Cottet reprend: «Vous n'abordez pas la verbalisation, alors que ce serait peut-être une solution à envisager. De plus, je trouve que le montant que vous proposez est un peu faible. En le multipliant par dix, nous pourrions mener une campagne digne de ce nom.» Il appartient désormais à l'exécutif de revenir prochainement avec un projet ficelé.

Date:15.11.2018
Parution: 925

À une cinquantaine près... le référendum capote

L'Alternative pour Monthey et l'association de consommateurs qui contestaient la nouvelle mouture du règlement sur les déchets, validée par le Conseil général le 10 septembre, ne sont pas parvenues à récolter suffisamment de signatures pour aboutir à une consultation populaire. 1'956 paraphes étaient nécessaires. Or, le comité référendaire a déposé 579 listes le vendredi 9 novembre à 17h30 au poste de police de Monthey, comportant entre un et huit noms. Le délai a échu le 12 novembre à 12h01 et «aucun autre dépôt n'a été effectué jusqu'à cette heure», communique la Municipalité. La Chancellerie ayant compté 1'905 noms, elle n'a dès lors pas eu besoin de contrôler leur validité. Le règlement sur les déchets entrera donc en vigueur le 1er janvier 2019. Monthey rejoindra les quelque 61 autres communes valaisannes ayant introduit la taxe au sac.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio