Télécharger
l’édition n°926
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pour le bonheur des orphelins de Lomé

La Tour-de-Peilz L'association Parrainage Africa Suisse, qui a sous son aile plus de 130 enfants défavorisés, a inauguré l'agrandissement de son centre d'accueil au Togo. Prochain objectif, trouver les fonds pour y installer des panneaux solaires, afin de garantir la fourniture en électricité.

Prochain objectif, installer des panneaux solaires photovoltaïques sur la vaste toiture de la Maison du bonheur. DR

Priska Hess

«L'aboutissement de ce projet est une immense joie. Mais ce qui me touche le plus est de voir tous ces enfants sourire, danser, si pétillants... Cela vaut tout l'or du monde!», confie Maria Chevalley, présidente de Parrainage Africa Suisse (PAS). Le 30 octobre, la petite association boélande, née il y a 15 ans, inaugurait le nouvel étage de sa Maison du Bonheur, dans la banlieue de Lomé. Après deux ans de travaux, le lieu dispose maintenant «d'une salle de jeux et d'une petite bibliothèque, d'une salle de conférence, d'un cybercafé et de quatre chambres pour accueillir les parrains et marraines en visite», énumère Luca Martin, responsable culturel du PAS, en précisant: «Le financement a été assuré par la Fondation La Marie-Maurice, les communes de La Tour-de-Peilz et Vevey, et des donateurs privés».

Neuf universitaires

La petite structure œuvre aussi au sein des quartiers de la capitale togolaise. Sous son aile, une centaine de jeunes y habitant, qui bénéficient grâce au parrainage d'un suivi en termes de scolarité, de santé et de nourriture. «Presque tous sont venus pour l'inauguration. Avec les enfants du centre, ils ont préparé le repas pour 250 personnes! Quelques-uns de nos anciens petits protégés, devenus cuisiniers ou pâtissiers, mais aussi des parrains et marraines de Suisse leur ont prêté main-forte», raconte avec bonheur Maria Chevalley en ajoutant, amusée: «A deux heures du matin le jour J, les couturières amenaient encore les derniers costumes... C'est ça l'Afrique!». Luca Martin, lui, n'est pas peu fier de montrer sur son smartphone la prestation de la chorale de jeunes qu'il a créée voici un an, en tant que professeur de musique. Avec la même fierté, il évoque aussi ceux qui volent désormais de leurs propres ailes: «Plusieurs ont terminé leur apprentissage dans différents domaines. Et neuf sont à l'université, ce qui n'aurait jamais été possible sans parrainage.»

100'000 frs recherchés

Prochain objectif, installer des panneaux solaires photovoltaïques sur la vaste toiture de la Maison du bonheur. «Il s'agit d'assurer notre fourniture en électricité. Car en Afrique, les interruptions sur le réseau officiel sont fréquentes, ce qui est problématique notamment pour nos frigos. Environ 100'000 frs seront nécessaires. Nous espérons trouver des donateurs, comme pour nos autres projets concrétisés», explique Luca Martin. Pour rappel, outre le centre d'accueil, l'association PAS a déjà construit de petites maisons, foré des puits, créé des services sanitaires, et a bâti une école et une ferme.

Date:22.11.2018
Parution: 926

Prosper et Déla sauvés

Construite en 2012, la Maison du Bonheur loge 28 bambins, ados et jeunes adultes, tous parrainés notamment par des Suisses romands. Orphelins, victimes de violences, enfants aux besoins desquels leurs parents n'arrivaient plus à subvenir ou avec de graves problèmes de santé. Pourtant, des histoires qui se terminent bien, Maria Chevalley pourrait en raconter des dizaines. A l'instar de celle de Prosper, atteint de noma et opéré au CHUV en 2009, ou encore de Déla: «Quand le centre l'a recueillie en 2015, elle souffrait d'une malnutrition sévère et d'un ulcère à l'œil. Elle aussi a pu être soignée».

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio