Télécharger
l’édition n°927
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Bientôt la fin du glyphosate

Pully La Ville franchit une étape dans l'idée de supprimer l'herbicide sur l'ensemble de son domaine viticole, dont 20% sont déjà traités en bio. 80'000 frs seront investis pour étendre de 20% supplémentaires les traitements sans ce produit jugé nocif.

Il faut trouver d'autres moyens pour lutter contre les mauvaises herbes.DR

Nina Brissot

Un postulat «pour des vignes saines et du vin sans glyphosate», signé par Antoine Hürlimann (PS), qui depuis a quitté le Conseil, Dimitri Simos (Les Verts) et Jean-Luc Duvoisin (PLR) était déposé en juin 2017. Il rejoint une préoccupation municipale qui vise, d'ici à 5 ans, à prendre les devants sur une tendance qui deviendra une obligation en Suisse. Pourquoi sur 20% supplémentaires et pas sur l'ensemble des 3.5 hectares? Une question de coût bien sûr, mais pas seulement.

La suppression de cet herbicide total qu'est le glyphosate (absorbé par les feuilles et à action généralisée) provoque des effets secondaires non désirés. D'une part, les mauvaises herbes se sentent pousser des ailes sans se les faire rogner. Elles appauvrissent le sol, la plante et la qualité du vin. D'autre part, les technologies pour lutter contre ces envahisseuses varient fortement en conséquence de l'orientation, de l'ensoleillement, de l'hydratation, de la pente du terrain. En plus, la météo pour le moins changeante ces dernières années influence l'intensité nécessaire pour la lutte contre les herbes. Et puis, se passer de traitements chimiques est une chose aisée, mais il ne faut pas perdre de vue que certains produits organiques peuvent être tout aussi toxiques et beaucoup d'expériences malheureuses ont été constatées avec le soufre ou le cuivre.

Reste la pose de paillage, des bandes de fibre de bois de 60cm qui se déroulent à côté des rangs de vigne, d'un maniement délicat et difficile à faire tenir au sol. Et c'est compter sans les renards qui les arrachent pour attraper les rongeurs qui se cachent en dessous. Différents essais ont été faits pour très largement diminuer les quantités de traitements et à Pully, le soufre n'est pulvérisés que 2 fois 3 kg cette année contre 50 kg sur des surfaces équivalentes ailleurs.

800'000 tonnes par an

Sans aller, dans un premier temps, jusqu'à une culture biologique, l'arrêt du glyphosate est déjà gourmand en prix. Il faut acheter de nouvelles machines de désherbage des pieds de vigne, une tondeuse professionnelle autoportée et acheter des débroussailleuses portatives, modifier techniquement le tracteur, se procurer ces fameux tapis de recouvrement. L'ensemble de ces changements a été devisé à 80'000 frs et la commission ad-hoc l'a passé au peigne fin.

Présenté aux conseillers le 21 novembre, ce préavis fait bondir Richard Pfister qui s'insurge contre ce qu'il appelle des «affirmations populistes» alors que tout le monde sait, affirme-t-il, «qu'il n'y a pas trace de glyphosate dans notre vigne. Nous allons devoir voter un budget très lourdement déficitaire le 13 décembre, nous ferions mieux d'économiser cet argent».

Mais Jean-Luc Duvoisin et Dimitri Simos, signataires du postulat, ne l'entendent pas de cette oreille et, dans deux longs développements, déclinent tous les méfaits de ce type d'herbicide utilisé à raison de 800'000 tonnes par an en Suisse. La députée Muriel Thalmann (soc) quant à elle, félicite la Municipalité pour cette initiative. Au vote, sur 76 conseillers présents seuls 8 non et 4 abstentions.

Date:29.11.2018
Parution: 927

1,2 million pour l'informatique

Également à l'ordre du jour, un crédit de 1,2 million pour le renouvellement du matériel informatique et l'extension de la fibre optique. La plupart des conseillers connaissant l'obsolescence vertigineuse de l'informatique, personne n'a pipé mot. Le crédit a été voté à l'unanimité. Enfin, un autre crédit de près d'un million n'a pas soulevé plus de question, Il s'agit des sommes allouées pour la 2e série des différents crédits supplémentaires du budget communal.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio