Télécharger
l’édition n°928
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Vignerons depuis 7 siècles

Commandeur Les Chappuis sont à Rivaz depuis 1335! Une lignée de vignerons qui, au fil des siècles, ont su préserver leur Domaine et soigner le Chasselas. Né en 1943, Vincent Chappuis est aussi l'homme qui s'est battu pour créer le Vinorama. Il se voit sacré Commandeur de l'Ordre des Vins Vaudois.

Vincent Chappuis, Commandeur de l'Ordre des Vins Vaudois, ici couronné par Pierre Keller, président sortant.DR

Nina Brissot

C'est sans doute l'une des dernières, voire l'ultime, décorations que remet Pierre Keller, le président sortant de l'Office des Vins Vaudois (OVV). En l'occurrence à un homme plein de courage et un entrepreneur hors pair. Au nom de tout ce que Vincent Chappuis a pu faire au cours de sa carrière pour les vins vaudois et le Chassselas en particulier, il lui est remis le sautoir de Commandeur de l'Ordre des Vins Vaudois.

Notamment pour avoir créé le Vinorama, ce lieu de dégustation situé à Rivaz, au pied du torrent du Forestay. Une initiative couronnée de succès. Rien que pour 2018, 30'000 bouteilles s'y sont vendues, de 150 vignerons présentant 300 étiquettes et 12'000 personnes y ont bénéficié d'une dégustation commentée. Le chiffre d'affaires est en constante hausse, avec des visiteurs à 45% asiatiques. Le Vinorama, c'est aussi une salle de projection avec un film qui retrace une année de la vie dans la vigne, qu'il est possible d'écouter en huit langues. De toute évidence, un très bel outil de travail pour les vignerons, qui grâce à la ténacité de Vincent Chappuis, continue de se développer depuis son ouverture en 2010.

Homme de choeur

Mais ce n'est là qu'une des nombreuses facettes de ce vigneron engagé. Né en 1943, cet enfant de Rivaz a passé sa vie autour et dans le vignoble. Une scolarité sans histoire, suivie de l'Ecole de commerce, et le voilà parti à Rheineck, canton de St Gall, pour suivre la première année d'école d'agriculture. Suivent Marcelin, l'école d'agriculture, viticulture et œnologie de Morges, puis l'Ecole supérieure de viticulture et d'œnologie de Montagibert.

Mais à peine sorti de l'école, déjà il s'intéresse à la chose publique. Recruté chez les Radicaux par Jean-Pascal Delamuraz, voilà que le jeune Vincent, issu d'un fief bien Libéral, change de camp. Ce n'est pas pour plaire à la famille. Qu'importe. Il se marie à 23 ans, déménage à Chexbres, entre dans le chœur d'hommes et le fait fusionner avec le chœur mixte! Voilà encore une aventure qui commence. Il y chantera pendant 25 ans. Il joue au tennis. Las, le court est celui de l'hôtel du Signal. Il faut le partager avec quelques vieilles anglaises et les feuilles mortes s'y ramassent à la pelle... Qu'à cela ne tienne, il crée le Tennis Club de Puidoux.

Syndic et député

Il entre au Conseil communal, mais ne fera qu'une seule législature, car il revient dans la maison familiale à Rivaz. Là, il s'engage vraiment dans la politique comme municipal de 1978 à 1985, syndic de 1986 à 2003, avec d'importants dossiers, comme le fameux parking controversé, puis adopté. Il sera député au Grand Conseil de 1990 à 1998. On le verra aussi chef de la Troupe d'été lors de la Fête des Vignerons de 1999. Un peu comme l'homme pressé de Paul Morand, Vincent Chappuis enchaîne les responsabilités. Vice-président de la Fédération vaudoise des vignerons, président de la Société vaudoise des améliorations foncières, qu'il fait évoluer, président de la Confrérie des anciens députés, sans oublier son rôle important dans la Fondation des Moulins de Rivaz, lorsqu'il a fallu prendre la décision de les détruire et préserver les rives du lac. Entre toutes ces occupations, avec son épouse Renée, ils ont élevé trois enfants, Jean-Marc, sous-directeur à l'Office fédéral de l'agriculture, Christophe, qui a repris le Domaine, ce dont il est très fier, et Marianne, juriste auprès du Comité Olympique. Quant à Renée, pendant toutes ces années à seconder un mari très occupé, elle a présidé les paysannes vaudoises.

«J'aime les responsabilités»

Doit-il le préciser? L'évidence est là, ce terrien, proche des gens et de la politique locale, ce vigneron toujours prompt et prêt à défendre le Chasselas, est un homme de responsabilités et un grand bâtisseur, ne reculant devant aucune difficulté. Il a même, dans les années 80, fait sauter 500 m3 de roche devant sa maison pour agrandir ses locaux d'exploitation. Sa devise: «Lorsque l'on croit à une cause, rien ne doit nous en détourner». Retraité actif, Vincent Chappuis continue de soigner les jeunes vignes du domaine et de pratiquer le tennis et le ski entre quelques randonnées en montagne.

Date:06.12.2018
Parution: 928

Qu'est-ce qu'un Commandeur

Pour l'Office des Vins Vaudois, le sautoir de commandeur de l'Ordre des Vins vaudois est le symbole manifeste du lien qui unit le vin vaudois à un représentant emblématique de l'entrepreneuriat de ce canton. Vincent Chappuis rejoint notamment à ce rang Jean-Claude Biver, Jérôme Aké Béda, Ingvar Kamprad ou Michel Logoz.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio