Télécharger
l’édition n°928
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Référendum au rayon frais

Vevey Les élus décideront s'ils autorisent les magasins à ouvrir jusqu'à 18h le samedi, comme à Blonay. L'idée divise les petits commerçants. En cas de «oui», il semble acquis que le syndicat Unia lancera une récolte de signatures pour s'y opposer.

Etendre les horaires permettrait notamment aux magasins de  lutter contre le tourisme d'achat, selon les milieux économiques.

Textes et photos: Amit Juillard

«Si l'extension des horaires des commerces est acceptée, Unia lancera un référendum si le personnel lui demande de le faire. Mais il y a fort à parier que nos membres seront pour, comme à Genève, Bâle ou Fribourg.» Joint par Le Régional, Yves Defferrard, secrétaire syndical régional, avertit les élus veveysans. Ce 6 décembre, ceux-ci se prononceront sur une fermeture possible des magasins à 18h au lieu de 17h le samedi.

Un souhait de longue date de la Société industrielle et commerciale de Vevey et environs (SIC) et les grandes surfaces, qui ont encore une fois approché la Municipalité en ce sens en juin 2017. «Les gens font leurs courses plus tard et certains de nos membres font un chiffre d'affaires conséquent en fin de journée», explique Yvan Leupin, président de la SIC. Autres objectifs: lutter contre le tourisme d'achat et le commerce en ligne. En compensation, le samedi, les détaillants alimentaires ne pourraient plus ouvrir avant 8h, les autres pas avant 9h. Aujourd'hui, tous ont le droit de vendre dès 6h.

«Sans une CCT, jamais!»

Pas satisfaisant pour cette vendeuse, qui préfère ne pas être citée: «Je suis contre. Déjà que nous travaillons le samedi... Si nous arrivons chez nous à 19h, à quelle heure allons-nous recevoir du monde? A 22h?» Yves Defferrard appuie: «Avant de discuter, une convention collective de travail doit être signée, comme à Lausanne ou à Nyon». A Vevey, le débat a commencé en 2011, alors que Vaud est l'un des derniers cantons sans CCT cantonale dans la vente.

Au-delà des salariés, les petits marchands de la Vieille-Ville sont partagés. «Nous n'avons pas envie d'étendre nos horaires, explique Véronique Overney, directrice de la librairie La Fontaine. Ce serait davantage d'heures d'ouverture pour le même chiffre d'affaires avec plus d'employés et plus de fatigue. Comme les nocturnes du vendredi, ça ne profite qu'aux grandes surfaces.»

«On est un peu rétrograde ici»

Autre son de cloche à la Cave du Chardon. «Ce serait assez normal de pouvoir le faire, on est un peu rétrograde ici, sourit Gillie Jaquet, propriétaire. Nous ouvririons jusqu'à 18h mais il faudrait que toute la rue du Simplon le fasse pour créer un effet de masse. Ce n'est par exemple pas le cas pour les nocturnes du vendredi. J'ai des doutes quant au bénéfice que les petits commerçants en tireraient.» Au contraire, pour Laurent Addor, président de l'Association des commerçants de Vevey, représentant plus de 30% d'entre eux, certains «petits» pourraient bien tirer leur épingle du jeu. «Je suis proche d'une grande surface, donc je pense que c'est à prendre, argumente celui qui dirige l'antenne veveysanne d'Alain Afflelou. Il faut offrir cette possibilité à ceux qui pourraient en profiter. Il s'agit aussi de s'aligner sur les communes avoisinantes. Si les gens restent à Vevey après 17h, cela bénéficierait aussi aux restaurants, aux cinémas ou aux théâtres.» Vérification faite, il s'avère que, sur la Riviera, seule Blonay permet une ouverture jusqu'à 18h le samedi. Vevey fait en revanche partie des communes les plus restrictives en semaine.

Directeur de Manor et représentant des grandes surfaces, Jacques-Alain Rastoldo va plus loin: «L'ensemble des commerces bénéficie d'une augmentation de fréquence. A Lausanne par exemple, la grande majorité des commerces sont ouverts jusqu'à 18h le samedi.» «Ce serait génial, s'enthousiasme quant à elle Rahel Morf, propriétaire d'une boutique de mode à la rue du Centre. Ça nous permettrait à nous, les commerçants, d'aller faire nos courses alimentaires après le travail. J'ouvrirais peut-être aussi plus longtemps.» Comme les autres indépendants ou les business familiaux sans employés, elle bénéficie toutefois d'un règlement beaucoup plus souple et pourrait, déjà aujourd'hui, le faire ou ouvrir le dimanche. Sur le plan politique, le Législatif est divisé. L'objet aurait dû être débattu le 15 novembre, mais la commission nommée pour l'étudier n'était pas parvenue à se mettre d'accord, et son rapport de minorité était arrivé trop tardivement. Suspense.

Date:06.12.2018
Parution: 928

Leur avis sur l'ouverture prolongée

• Pour:

Laurent Addor, Alain Afflelou: «Je suis proche d'une grande surface, donc je pense que c'est à prendre. Il faut offrir cette possibilité à ceux qui pourraient en profiter»

• Peut-être:

Gillie Jaquet, Cave du Chardon: «Nous ouvririons jusqu'à 18h le samedi à condition que toute la rue le fasse pour créer un effet de masse»

• Contre:

Véronique Overney, Librairie La Fontaine: «Ça ne profiterait qu'aux grandes surfaces! Pour nous, ce serait davantage d'heures d'ouverture pour le même chiffre d'affaires»

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio