Télécharger
l’édition n°929
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les quartiers solidaires s'invitent au budget

Lutry La discussion sur le budget – déficit de plus de 7 millions – a été escamotée par un débat secondaire sur la manière de présenter l'état des lieux des quartiers solidaires en formation.

La somme de 107'000 frs représente la part de la commune pour financer la prochaine installation des quartiers solidaires à Lutry, que Pro Senectute met en place dans plusieurs communes, comme ici à Pully sud. Pro Senectute.DR

Nina Brissot

«Vous vous étiez engagé à présenter un préavis sur la fin du diagnostic pour les quartiers solidaires. Vous n'avez pas respecté votre engagement. Comment voulez-vous que nous votions sur ce poste au budget si nous n'avons pas débattu et n'avons pas été informés sur ce point?» En jeu au Conseil du 8 décembre, une somme de 107'000 frs, sur un total de charges de plus de 69 millions, qui représente la part de la commune pour financer la prochaine installation des quartiers solidaires, une initiative de Pro Senectute.

Raymond Sudan (indépendants et Verts Libéraux) lance l'offensive. Il est suivi par Ludovic Paschoud, de même obédience, qui renchérit: «On nous fait passer dans le budget un poste que nous ne connaissons pas». Sébastien Rod (PLR) dépose un amendement demandant de retirer ce point du budget. Thierry Buche, aussi PLR, insiste: «Un débat doit avoir lieu».

Risque de retard

Claire Glauser, municipale en charge, défend ce qu'elle appelle une maladresse: «Un rapport de 10 pages sera mis sur le site ces prochains jours, suivi en début d'année prochaine par un rapport complet de plus de 50 pages. Nous n'avions pas retenu l'idée d'un préavis, vous avez aussi une communication municipale sur le sujet».

A gauche, Denis Aguet estime: «On doit se donner les moyens de ne pas voter contre la forme et oublier le fond». Dans une longue plaidoirie, Monique Weber (PS) souligne que si l'amendement passe, le résultat en termes de calendrier sera catastrophique, puisqu'il retardera toute mise en œuvre. Il est important selon elle d'obtenir une adhésion de principe sur le projet et, faute de préavis, il faudrait parler du rapport. Le président Alain Amy rappelle que le débat porte sur le budget et non sur les quartiers solidaires.

Pas d'émotionnel

Plusieurs conseillers rappellent encore qu'il s'agit bien d'une question de forme et non de financement. Philippe Mingard déplore qu'on en arrive à repousser la décision à mars pour demander un préavis à la Municipalité. Claire Glauser donne alors une longue explication sur la situation de ces rencontres, l'engouement des participants, les lieux de rencontre, les échanges entre quartiers, et tout le travail accompli, reprenant ainsi le débat sur les quartiers solidaires. Ludovic Paschoud demande de ne pas céder à l'émotionnel, précisant que s'il s'agissait d'un giratoire ou d'un bâtiment, on exigerait un préavis pour décider. Mais Sébastien Rod estime avoir été renseigné par le débat impromptu et décide de retirer son amendement. La discussion initiale sur le budget reprend sans que personne ne s'émeuve du déficit annoncé (voir chiffres ci-dessous). Chacun ayant admis que péréquation et RIE III étaient passées par là, le budget est voté à la grande majorité avec une seule abstention.

Date:13.12.2018
Parution: 929

Du nouveau pour les naturalisations

Au chapitre des communications, compte tenu de la nouvelle loi sur le processus de naturalisation qui passe d’abord par le canton, Lutry a choisi son mode de fonctionnement. La Municipalité va déléguer à l’Apol le soin d’établir les rapports d’enquête. C’est le personnel du Greffe qui fera passer les tests de connaissances aux candidats et les auditionnera sur leurs motivations et intégrations. Auditions qui seront ensuite transmises à la commission consultative d’agrégation à la Bourgeoisie.

Sexisme?

Deux membres de la commission de gestion ayant démissionné, il a fallu les remplacer comme il a fallu nommer un nouveau scrutateur. Deux hommes et une femme ont été nommés ce qui fait réagir le conseiller Gilles Cottet (les Verts) sur la représentativité des femmes dans la commission de gestion. A quoi le PLR Thierry Bûche réplique: «Oui, ce sont deux hommes qui sont nommés, mais n’oubliez pas que ce sont deux femmes qui ont démissionné». Pour équilibrer, Monique Weber fait savoir qu’elle cède la présidence du parti à une autre femme, Catherine Desaules. Du coup, Marc Wolfensberger annonce céder la présidence des indépendants et Verts Libéraux à…. un homme! En l’occurrence Ludovic Paschoud.

Budget 2019 déficitaire

Charges 69 mios

Déficit 7,17 mios

Autofinancement - 5,32 mios

Investissements 5,89 mios

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio