Télécharger
l’édition n°929
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Trop cher, le petit chalet

Bex La dernière construction de l'alpage de Bovonne n'appartenant pas à la commune restera en mains privées.

Sur l'alpage de Bovonne, le Chalet «Paillasse» a notamment servi de poste d'observation durant la seconde guerre mondiale.

Valérie Passello

L'argument de la conservation du patrimoine n'aura pas pesé assez lourd. En ce 5 décembre, le Conseil communal refuse que la commune acquière, d'un propriétaire privé, le chalet «Paillasse». Le prix convenu avec le vendeur pour ce bien situé sur l'alpage de Bovonne, à 1'670 mètres d'altitude, était de 150'000 frs. «Ce genre de dépense est inopportun, au vu de notre situation financière», tranche la commission des finances. De son côté, la commission ordinaire rejette aussi l'objet unanimement: «Aucune utilisation future n'est prévue, à part une éventuelle location sans rendement», argue-t-elle.

Pour la commune, c'était pourtant l'opportunité de détenir l'ensemble des constructions du hameau (voir encadré). L'histoire du chalet «Paillasse» est en outre intéressante, puisqu'une bâtisse aurait été construite à cet endroit à la fin du 17e siècle déjà, sur l'initiative d'un noble italien. De surcroît, l'édifice actuel a servi de poste d'observation durant la seconde guerre mondiale.

Une lourde rénovation

L'exécutif aurait pu décider d'acheter ce bien sans demander l'aval du législatif, le prix étant suffisamment bas pour que la dépense passe dans les affaires courantes. Mais le municipal des bâtiments Jean-François Cossetto précise: «Au vu du coût des travaux à effectuer pour permettre la location de ce chalet, nous avons voulu jouer la carte de la transparence.»

Une estimation de quelque 350'000 frs a en effet été avancée pour la réhabilitation de la bâtisse. Un investissement qui aurait, selon la Municipalité, pu s'échelonner dans le temps. Si les membres du plénum saluent la démarche, ils n'en expriment pas moins leur scepticisme. La conseillère Circé Fuchs relate par exemple les discussions du groupe Ouverture: «Ce qui nous a gênés, c'est le manque de vision. On aurait pu en faire une buvette, un musée dédié à la fabrication du fromage de Bovonne, ou autre chose. Mais aucun projet n'est mentionné.»

Convaincu du bienfondé de l'opération, le municipal des alpages Pierre-Yves Rapaz tente un dernier argument: «Les autres chalets de Bovonne sont loués à l'année, pour un loyer de 6'000 frs. Nous n'aurons aucun mal à trouver un locataire pour environ 10'000 frs par an, au vu du cubage de ce chalet, qui est plus important que les autres. Si on ne le garde pas, nous le regretterons certainement plus tard.» Rien n'y fait. L'objet est finalement balayé par 27 voix contre, 12 pour et 8 abstentions.

Date:13.12.2018
Parution: 929

Location élargie

Dans la commune de Bex, les alpages couvrent 1'449 hectares sur le total de 9'657 hectares que compte le territoire. Neuf chalets subsistent encore sur l'alpage de Bovonne, dont sept sont en mains communales. Outre le chalet «Paillasse», détenu par un privé, le neuvième est situé sur un droit distinct et permanent de superficie, accordé à la Société d'Alpage pour la fabrication de son fromage.

Parmi les propriétés communales, «Le chalet des Municipaux» était jusqu'ici réservé à l'usage des membres de l'exécutif exclusivement, mais relativement peu occupé. Jean-François Cossetto annonce: «Nous avons décidé de le mettre aussi à la disposition des membres du législatif et des employés communaux.» Désormais, les personnes concernées pourront le louer à des tarifs très modestes, en contactant simplement l'administration.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio