Télécharger
l’édition n°929
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Jouer avec le feu

Créateur de cheminées Un artisan aujourd'hui peut-il se permettre le luxe de ne réaliser que des belles pièces qui lui plaisent et qui vont enchanter ses clients, au sens premier du terme? Est-il encore possible de prendre le temps de la création, du sur mesure, de l'exceptionnel parfois? Réponses à Villeneuve, dans le show-room d'Art&Feu.

De St-Tropez à Chicago et de New York à Crans Montana, les créations de l'atelier Art&Feu s'adaptent à la folie ambiante.DR

Pour Thomas Bon, croire en ses rêves n'est pas du tout farfelu. En tenant sa ligne et à force de travail, il a trouvé une niche à la démesure de son imagination.

Rêveur? Pas du tout. La tête bien sur les épaules, Thomas Bon a dressé les lignes d'un business plan singulier et n'a pas dévié de sa route. «Soit on fait beaucoup de volume, mais vraiment beaucoup. Soit on fait des choses qui nous plaisent et que les autres ne font pas.»

« Au début, j'ai galéré »

En entrant dans l'entreprise créée par son père Denis en 1984, Thomas Bon a d'abord dû apprendre à être polyvalent. «Au début, j'ai galéré, reconnaît-il. Je ne savais rien, mon père m'a tout appris. J'ai beaucoup lu, je suis allé sur les chantiers avec les ouvriers.» Aujourd'hui, ils forment tous deux une équipe qui a grandi au fil de sa notoriété. Avec un show-room de 350 m2, la pose et la transformation de poêles et de cheminées, l'entreprise est en plein boom.

Osez !

Petit à petit, Thomas Bon ose ses propres créations. N'hésite pas à faire 100 kilomètres pour un rendez-vous d'un quart d'heure. La disponibilité, l'écoute et le service à la clientèle sont les grandes forces et les vraies plus-values des artisans. Et quand les employés quittent le bateau à 17h, il prend le crayon et trace ses variations pour langues de feu. Des projets fous, stupéfiants. Qui mêlent des matières apparemment dichotomiques, des formes impossibles. Foyers ouverts, hottes complètement vitrées ou suspendues dans le vide. Bien sûr, derrière la beauté se cache la virtuosité d'une technique complexe, rigoureuse. Il joue avec le feu mais aussi avec le gaz, de plus en plus demandé par une clientèle qui recherche avant tout une ambiance.

Date:13.12.2018
Parution: 929

Formation

Poêlier-fumiste: CFC en 3 ans

Possibilité d'obtenir une maturité professionnelle en apprentissage ou après le CFC

Un marché de niche

Thomas Bon s'est orienté vers un marché de niche, le sur mesure haut de gamme, voire de très haut de gamme. C'est pour lui le seul moyen de conjuguer sa passion à la réalité. Et le modèle fonctionne. Excellence oblige, il crée deux fois moins de cheminées et pourtant le chiffre d'affaires a augmenté. Il fallait juste oser «avoir envie, mais vraiment envie».

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio