Télécharger
l’édition n°930
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un nouveau site web pour trouver sa déchetterie

Epalinges La plateforme conçue par Desa SA répertorie les points de collecte communaux du canton de Vaud et leurs horaires. Un outil pour les administrations et les citoyens. Le projet pourrait s'étendre à toute la Suisse romande.

Un nouveau site web pour trouver sa déchetterie

Amit Juillard

Samedi après-midi, de retour des courses. «Elle est ouverte jusqu'à quelle heure la déchetterie déjà?»; «Et les ampoules, ils les reprennent?»; «N'y a-t-il pas un éco-point plus près?»; «Le ramassage du papier, c'est ce mercredi?» Autant d'exemples de questions que peuvent se poser les Suisses. Qui font partie des plus grands producteurs de déchets, mais sont aussi des champions du recyclage. Dans le pays de Vaud, une nouvelle plateforme web répertorie désormais sur une carte interactive tous les points de collecte de déchets communaux du canton. Des déchetteries aux éco-points en passant par leurs pendantes mobiles. Sur «dechetteries.ch», les utilisateurs accèdent aux horaires de chaque lieu, à leurs dates d'ouverture, à leurs conditions d'accès et à la liste des déchets acceptés. «Sur les sites internet de certaines communes, c'est parfois la catastrophe lorsqu'il s'agit de trouver ces informations», confie Romain Pella, directeur de Desa SA, entreprise à l'origine de cette plateforme lancée au début de l'année (lire encadré).

Les yeux doux aux communes

Sur la toile, d'autres pages avec le même but existent déjà. «Mais la plupart sont participatives et ne sont pas mises à jour, explique Romain Pella. Nous voulions que la nôtre reste, entre guillemets, officielle, comme ça les gens sont sûrs de leur fait au moment de se rendre sur place. En un an, beaucoup de choses changent et une réactualisation régulière est nécessaire.»

Pour l'heure, l'entrepreneur et ses équipes se chargent d'adapter les données. Mais Romain Pella a de la suite dans les idées. «Nous souhaitons proposer aux communes de gérer leurs pages respectives via un abonnement pour que les données soient toujours correctes. De notre côté, nous leur offrons la maintenance du site, un support informatique, une hotline et un très bon référencement sur les moteurs de recherche.» Première cliente, la commune de Rolle. Le samedi, «dechetteries.ch» compte déjà jusqu'à 150 visiteurs. «Mais nous n'avons pas encore beaucoup communiqué sur le sujet», précise Romain Pella.

Le projet pourrait s'étendre à toute la Suisse romande à l'avenir, à commencer par Genève et le Valais. En attendant, il sera traduit en allemand et en anglais dans les semaines à venir. Même les expatriés n'auront plus d'excuses pour ne pas recycler.

Date:20.12.2018
Parution: 930

Desa SA: de la maçonnerie à la déchetterie

Pour Desa SA, tout commence en 1994. La commune d'Epalinges cherche un terrain pour établir la première déchetterie du canton du Vaud. Rémy Pella est maçon, il a des entrepôts. Quand la Municipalité l'approche, il refuse de les vendre, mais propose à la Commune de construire et de gérer son nouveau point de collecte. Ainsi naît Desa. En toutes lettres, «Déchetterie Epalinges SA». La firme a grandi en même temps que les déchetteries ont fleuri.

L'entreprise familiale (le deuxième fils, Jean-Rémy Pella, y travaille également) et sa dizaine d'employés ont conçu quatre déchetteries depuis 2008. De l'étude à la réalisation. Budgets alloués: de 1,5 million de frs à Lonay à 3,8 millions de frs à Epalinges. De plus, Desa SA gère six déchetteries communales ou intercommunales dans le canton. Pour un prix forfaitaire par rapport au nombre d'habitants et à leur niveau de vie. «Dans les communes riches, les citoyens jettent davantage», constate Romain Pella. Outre les communes, les privés et les entreprises font aussi partie de ses clients.

Autre source de revenu, la vente des déchets. Le polystyrène expansé (Sagex) est par exemple broyé, compacté et revendu à des fabricants de panneaux isolants. «Nous recyclons plus de soixante déchets différents, du bouchon de liège au vieux canapé, explique-t-il. Et 90% des récoltes partent vers des filières européennes.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio