Télécharger
l’édition n°931
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Lavaux Unesco : Corsier la rebelle dérange et inquiète

Patrimoine mondial Alors que son vignoble fait partie du périmètre Unesco, Corsier est la seule commune à ne pas avoir participé au financement de l'association chargée de la gestion du site de Lavaux. Cause probable: une clef de répartition défavorable vu son grand nombre d'habitants pour une petite partie de son territoire dans le périmètre. Le risque: que les autres communes concernées remettent aussi en question leur contribution financière. Explications.

Corsier compte à peine 21 hectares de surface viticole (au premier plan), alors que son territoire s'étend sur 673 hectares.

Textes et photo: Priska Hess

Discussion animée ce lundi 10 décembre autour du poste Tourisme et Sociétés locales du budget. En cause en particulier, le montant alloué par la commune à l'Association Lavaux Patrimoine mondial (LPm), chargée de la gestion et de la valorisation du site «Lavaux, vignoble en terrasses» inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Soit un don de 2'500 frs par année, mais exceptionnellement de 7'500 frs pour 2019, comme participation communale pour les panneaux signalétiques qui seront installés dès ce printemps aux endroits stratégiques des dix communes du périmètre Lavaux (voir Le Régional 926). «Comment se fait-il que Corsier n'ait jamais honoré l'entier de son dû à LPm, soit un peu plus de 13'000 frs, interpelle Lydia Dutoit (La Concorde). En 2007, le dossier d'inscription à l'Unesco a été porté par un comité représentant toutes les communes du site. Corsier avait alors signé comme les autres le plan de gestion. Or, toutes paient leur contribution, sauf Corsier».

Postulat dans l'air

Le nœud du problème? Contrairement aux autres communes du périmètre Lavaux, Corsier n'est pas membre de l'association LPm. «Fin 2013, à la suite de l'assemblée constitutive de la LPm, nous avions mis au budget 2014 le montant nécessaire. Mais le Conseil communal l'a refusé, suivant la proposition de la Commission des finances de respecter un budget maximal de 50'000 frs pour le domaine du Tourisme. La Municipalité n'a donc pas signé la demande d'adhésion à LPm», explique le syndic Franz Brun.

«Corsier se sentait sans doute aussi prétéritée par la clef de répartition, car elle compte un grand nombre d'habitants, mais seulement une petite partie de son territoire dans le périmètre Lavaux, analyse Gérald Vallélian, vice-président du comité LPm. Reste que pour Lydia Dutoit, la situation doit changer. L'élue propose d'inscrire pour 2019 le montant de 13'400 frs pour LPm. On lui objecte que le règlement du Conseil communal interdit de majorer un poste existant de plus de 10% avant que la Municipalité et la Commission des finances se soient prononcées. La conseillère renonce à son amendement, tout en annonçant l'éventuel dépôt d'un postulat.

Exclusion peu probable

Mais quelles conséquences possibles si Corsier persiste à ne pas adhérer à LPm? «Le risque est que les autres communes remettent à leur tour en question leur contribution. Or, sans ce soutien pérenne, nous n'aurions plus les moyens de préserver la valeur universelle et exceptionnelle de Lavaux», redoute Jeanne Corthay, gestionnaire de ce site. Ces contributions communales représentent 227'000 frs du budget total LPm, de l'ordre de 503'000 frs pour 2019. A noter que la participation cantonale est de 90'000 frs. La commune de Corsier pourrait-elle aussi être exclue du périmètre Unesco et celui-ci redessiné? «Ce serait vraiment dans un cas extrême, estime Jeanne Corthay. Nous préférons pour l'instant privilégier le dialogue et espérons que Corsier comprendra l'importance d'être solidaire des autres communes».

Date:10.01.2019
Parution: 931

Moins pour plus ?

A l'origine, la mise en œuvre du plan de gestion de Lavaux, à la suite de son inscription à la liste des paysages culturels du patrimoine mondial l'Unesco en 2007, était assumée par la Commission intercommunale de Lavaux (CIL). En 2013, l'association LPm a été créée, reprenant les tâches inhérentes à la gestion du site de Lavaux Unesco, tandis que la CIL se concentrait sur la coordination de l'aménagement du territoire de Lavaux et la gestion du Guide du Paysage. Après ces changements, les contributions à la CIL demandées aux communes membres ont considérablement diminué. D'un montant total de l'ordre de 300'000 frs en 2013, elles sont passées dès 2016 à 45'000 frs, répartis entre les dix communes membres. Corollairement, les communes ont dès lors dû s'acquitter d'une contribution en faveur de LPm. «Mais au final, les contributions actuelles à la CIL et à LPm additionnées correspondent à l'ancienne cotisation pour la seule CIL, voire sont inférieures» relève Gérald Vallélian, vice-président du comité LPm.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio