Télécharger
l’édition n°931
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un long chemin de fiançailles

Monthey/Collombey-Muraz Après une première phase de réflexion initiée en mai 2017, les deux communes décident de poursuivre leur étude sur l'opportunité d'une fusion, en incluant la population.

Les deux Municipalités in corpore se sont réunies le 19 décembre pour annoncer la poursuite du processus visant à étudier une possible fusion.DR

Texte et photo: Valérie Passello

«Il est encore trop tôt pour parler de fiançailles, disons que pour l'instant, nous n'avons pas encore demandé l'avis de nos parents», image le président de Collombey-Muraz Yannick Buttet. Les «parents», ce sont les citoyens, qui seront impliqués dans la suite de la réflexion sur une éventuelle fusion avec Monthey. Des ateliers participatifs, sous une forme encore à définir, devraient être mis sur pied pour que soit entendue la voix des conseillers généraux, des employés communaux et des représentants de la société en général, au sein des deux communes concernées. Le président montheysan Stéphane Coppey revient sur la démarche entreprise au printemps 2017 (voir Le Régional 853): «Nous avons effectué une radiographie de la situation. Il en ressort que la santé financière de nos deux communes est similaire et que nos coefficients d'impôts sont très proches. À ce stade, rien ne permet de dire qu'une fusion serait absurde, ou que d'éventuels inconvénients sont trop importants pour ne pas poursuivre.»

Pour cette première analyse, un comité de pilotage, formé de quatre municipaux de chacune des communes et des présidents de leurs Conseils généraux respectifs, s'est penché sur quatre thèmes: économie, société, territoire, gouvernance et services à la population. L'objectif était de déterminer les avantages et inconvénients d'un statu quo, d'un renforcement des collaborations intercommunales ou d'une fusion.

27'000 âmes

Vice-président de Monthey, Eric Borgeaud relève: «Même s'il reste des questions à débattre, comme l'organisation des services à la population, le nom de la future commune, la représentativité au sein des autorités, le coût d'une fusion ou l'identité des différents villages, nous nous sommes aperçus que nous partagions la même vision de l'avenir.»

En 1787, Monthey, Collombey-Muraz et Troistorrents avaient décidé de divorcer. Mais un futur remariage entre les deux premières semble logique aux yeux de Yannick Buttet: «Aujourd'hui, nous partageons la même réalité, encore plus avec l'évolution urbaine de nos territoires et l'explosion de la population à Collombey-Muraz.» Actuellement, cette dernière compte 9'013 habitants et sa voisine 17'654. Une commune fusionnée pèserait donc quelque 27'000 âmes, de quoi devenir la deuxième ville valaisanne et la dixième au niveau romand. Stéphane Coppey reprend: «Un tel pôle régional entraînerait des avantages économiques indéniables et les processus décisionnels seraient plus simples.»

Votation possible en 2021

À l'issue de la consultation citoyenne, un rapport de fusion sera établi et les exécutifs se prononceront avant de demander l'avis de leurs législatifs. Enfin, si les voyants sont au vert, une votation populaire pourrait se tenir à l'automne 2021. «Si mariage il y a, déclare Yannick Buttet, ce sera un mariage de volonté. Aucune de nos deux communes n'est sous pression. Il s'agit plutôt de saisir l'opportunité d'améliorer notre qualité de vie.» En cas d'aval de la population, Monthey et Collombey-Muraz auront encore trois ans avant de se passer définitivement la bague au doigt. «La nouvelle législature débute en 2021. Il faudra laisser aux élus en place le temps de s'organiser, on ne règle pas un mariage d'une telle ampleur en un coup de crayon», conclut Stéphane Coppey. La fusion pourrait ainsi devenir réalité dès janvier 2025.

Date:10.01.2019
Parution: 931

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio